Kodak, sorti de la faillite, veut se concentrer sur le marché de l'imagerie numérique

Eastman Kodak, légende déchue de la photographie, est sorti mardi de la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites avec l'intention de se relancer sur le seul marché de l'imagerie numérique.

Partager
Kodak, sorti de la faillite, veut se concentrer sur le marché de l'imagerie numérique

Le "nouveau" Kodak concentrera ses efforts sur des produits tels que l'impression numérique à grande vitesse ou l'impression sur des emballages flexibles destinés à des produits de grande consommation.

Fondée en 1880 par George Eastman, Kodak a été pendant des décennies le nom le plus connu du marché mondial de la photographie grand public. Mais après avoir raté le virage du numérique, l'entreprise avait dû déposer son bilan en janvier 2012.

La société sortie de la faillite prévoit un chiffre d'affaires de 2,5 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros) cette année, a déclaré son directeur général, Antonio Perez.

Avec plus de 60 000 salariés à son apogée, Kodak a été l'un des plus importants employeurs de l'Etat de New York et l'envolée des coûts des retraites de ses ex-employés a d'ailleurs fortement contribué à sa chute.

En avril, Antonio Perez avait conclu un accord avec le fonds de pension de ses retraités britanniques, qui lui réclamait jusqu'alors 2,8 milliards de dollars. Le fonds de pension, KPP, a repris une partie des activités du groupe, aujourd'hui regroupées au sein d'une nouvelle société, Kodak Alaris.

Pendant la restructuration, Antonio Perez, en poste depuis 2005 et qui a conservé son poste malgré le dépôt de bilan, a mis en vente un portefeuille d'environ 1 100 brevets dont il estimait initialement la valeur à un milliard de dollars.

Mais cette vente n'a rapporté que 525 millions, ce qui, selon des analystes, a obligé le groupe à vendre davantage d'activités que prévu initialement.

"Nous ne sommes pas le plus gros acteur du marché", a reconnu Antonio Perez mardi, "mais nous offrons la plus importante différenciation du marché."

(Reuters, par Nick Brown et Tanya Agrawal)

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS