Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'américain Lattice s’offre aux Chinois via le fonds d'investissement Canyon Bridge

Le fournisseur américain de circuits logiques programmables Lattice accepte de se faire racheter par le fonds d’investissement Canyon Bridge pour 1,3 milliard de dollars. Une opération qui le sort de la Bourse et le met sous le contrôle d'investisseurs chinois. Pas sûr qu'elle soit approvée par Washington.
mis à jour le 04 novembre 2016 à 11H38
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'américain Lattice s’offre aux Chinois via le fonds d'investissement Canyon Bridge
L'américain Lattice s’offre aux Chinois via le fonds d'investissement Canyon Bridge © Lattice

En Bourse depuis 1989, Lattice Semiconductor va en sortir. Le fournisseur américain de circuits logiques programmables (dits FPGA pour Field programmable gate array) a conclu un accord pour se faire racheter par le fonds d’investissement Canyon Bridge Capital Partners. La transaction se monte à environ 1,3 milliard de dollars, 30% de plus que la valeur de la société en Bourse le 2 novembre 2016. Elle devrait être finalisée au début de 2017.

 

Technologie stratégique

Fondée en 1983 à Portland (Etat de l’Oregon), Lattice Semiconductor développe selon un modèle fabless (sans usine) des puces de traitement vidéo, des composants radiofréquences à 60 GHz ou encore de blocs de propriété intellectuelle pour des applications dans les communications, le grand public, l’informatique, l’automobile et l’industrie. Mais la société, qui emploie 1200 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 406 millions de dollars en 2015, en progression de 11%, est surtout connue comme l’un des trois principaux fournisseurs de FPGA au monde aux côtés de Xilinx et Altera.

Cette technologie de puces électroniques devient stratégique pour suppléer à la fin proche de la loi de Moore. En attendant l’avènement de l’ordinateur quantique, les FPGA sont vus comme la seule solution pour continuer à accélérer les traitements dans les datacenters. Microsoft les emploie déjà dans chaque nœud de calcul de ses centres de données.

 

Lattice, actionnaire à 6,1% du capital

Cette capacité fait des fournisseurs de ces puces des sociétés très convoitées par des géants des semiconducteurs pour équipements de datacenters comme Intel, Qualcomm, Broadcom ou IBM. C’est pourquoi Intel n’a pas hésité à mettre 16,7 milliards de dollars sur la table pour s’emparer en décembre 2015 d’Altera, numéro deux mondial du secteur, derrière Xilinx.

Selon IHS Markit, Lattice Semiconductor s’impose comme le troisième fournisseur mondial de FPGA avec 6,6% du marché en 2015, loin derrière Xilinx (50%) et Altera (37%). Sa position de petit acteur du secteur en fait une cible privilégiée des prédateurs chinois. C’est ainsi que Tsinghua Unigroup, fer de lance de l’offensive de Pékin dans les semiconducteurs, en a pris 6,1% du capital en avril 2016. L’opération a été menée en toute discrétion pour éviter de froisser les autorités américaines. Le groupe chinois se défend de toute volonté de prise de contrôle et présente sa participation comme un simple investissement financier.

 

Opération risquée

Le rachat de Lattice par Canyon Bridge Capital Partners apparait comme l'aboutissement de cette tentative de prise de contrôle. Ce fonds, basé à San José, en Californie, est en effet détenu par des investisseurs privés chinois. Pas sûr que la transaction soit approuvée par Washington. Les Etats-Unis se sont déjà opposés à l'entrée de Tsignhua Unigroup dans le capital du constructeur américain de disques durs Western Digital, ou encore à la vente de Lumileds, l'activité de Philips dans les LED de puissance, à un consortium d'investisseurs chinois.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media