Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'amérique ne touche pas à Microsoft. Les Emirats soutiennent Airbus et Boeing. France : l'automobile ne ralentit pas. Fiat retarde la vente de Magnetti-Marelli. Télécoms : DoCoMo cherche des alliés.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En période de crise, on ne touche pas à un symbole de la prospérité américaine : pour Les Echos, l'accord à l'amiable signé entre le gouvernement américain et Microsoft - qui de l'avis général est très favorable au n°1 du logiciel, est une conséquence indirecte des attentats du 11 septembre. Certes, l'accord reprend -timidement - certains points essentiels des griefs contre Microsoft : les fabricants de PC pourront proposer des logiciels concurrents dans Windows, il n'y aura plus de contrats d'exclusivité avec les constructeurs de PC, Microsoft devra fournir des informations techniques pour que ses concurrents puissent développer des produits pour Windows... Mais tout cela de manière assez floue et peu contraignante.

Mais l'affaire Microsoft n'est peut-être pas finie : des contre-attaques judiciaires pourraient être menées par des concurrents, et la Commission de Bruxelles doit encore donner son avis. 

Le secteur aéronautique, secoué par la crise, a droit lui-aussi à un signe d'encouragement : 15 milliards de dollars, pour l'une des commandes les plus importantes de l'aviation civile, souligne La Tribune. 58 appareils ont été commandés à Airbus et Boeing par les Emirats Arabes Unis. Du coté d'Aibus, la satisfaction est particulièrement grande de voir confirmer une commande de 22 A380, le futur très gros porteur européen. 

Aucun retournement de tendance : L'automobile continue sa progression en France, avec des immatriculations en hausse de 7,6% en octobre. Deux tendances : la flambée des ventes du diesel, et la bonne santé des marques françaises, qui se sont octroyé 63% du marché. PSA a augmenté ses ventes de 26,1%, tandis que Renault est reparti de l'avant en progressant de 2,5%, précisent Les Echos. 

Fiat retarde la vente de Magneti-Marelli. Le constructeur souhaite céder de larges parts de l'équipementier automobile, mais il suspend son plan de cession, en raison du ralentissement qui affecte Magneti-Marelli, et ses acheteurs potentiels. Fiat avait signé un accord avec ThyssenKrupp en mars dernier pour lui vendre les suspensions de Magnetti-Marelli, mais les deux firmes renégocient le prix initial de 450 millions d'euros, affirme le Financial Times

Un nouveau géant européen du sel : European Salt Company, Esco, est la filiale commune créée par l'allemand K+S et le belge Solvay. A eux deux, ils réaliseront 300 millions d'euros de chiffre d'affaires, et seront co-leaders du marché avec Akzo-Nobel, indiquent Les Echos. 

Télécoms : le japonais DoCoMo pourrait nouer une alliance avec France Télécom. DoCoMo cherche de nouveaux partenaires chez les opérateurs de mobiles en Europe, tandis que France Télécom aimerait mettre un pied en Asie. De plus, DoCoMo, qui est indirectement présent en Allemagne chez E-Plus, pourrait aider France Télécom à résoudre le problème de sa participation dans MobilCom, qui risque de lui coûter très cher. L'existence de 6 opérateurs UMTS en Allemagne est jugée intenable par tous, rappellent Les Echos. 

Sachez enfin qu'Air France bloque la vente de deux sous-marins à la Malaisie. Cela peut paraître insolite, mais il se trouve que la Malaisie, qui veut acheter deux sous-marins classiques à la DCN, demande en contrepartie de nouveaux créneaux horaires pour sa compagnie aérienne. Mais Air France ne veut pas en entendre parler. Ce différent avec la Malaisie a déjà coûté de gros contrats de transport ou de BTP aux entreprises françaises. C'est dans La Tribune. 

A demain !

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale