Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'Anssi certifie la solution Hosted Private Cloud d'OVH

Après Oodrive et Outscale, c'est OVH qui s'est vu remettre le label "SecNumCloud" par l'Anssi. Cette certification atteste de la robustesse de la solution "Hosted Private Cloud" de l'entreprise roubaisienne. Elle permet également de rendre facilement identifiable la conformité d'une solution aux recommandations de l'autorité française.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'Anssi certifie la solution Hosted Private Cloud d'OVH
L'Anssi certifie la solution Hosted Private Cloud d'OVH © OVH

OVH vient d'annoncer avoir reçu le label "SecNumCloud" délivré par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) pour sa solution de cloud privé, "Hosted Private Cloud".

Cette certification est attendue depuis plusieurs années par l'entreprise roubaisienne. Guillaume Poupard, directeur général de l'Anssi, avait mentionné cette procédure de labellisation lors de son discours d’ouverture des Assises de la cybersécurité à Monaco l'année dernière.

La garantie d'un environnement cloud respectueux
Ce visa garantit aux organisations publiques, parapubliques, et aux entreprises stratégiques comme les Opérateurs d’Importance Vitale (OIV) qu’elles s’appuient sur un environnement cloud respectueux des données personnelles et présentant le plus haut niveau de sécurité.

Comme l'explique OVH dans son communiqué, "les dispositifs de sécurisation et d’isolation renforcés" qui hébergent les services Hosted Private Cloud qualifiés SecNumCloud sont opérés au sein de deux nouveaux datacenters localisés au sein du parc français d’OVHcloud à Roubaix et Strasbourg.

"La qualification SecNumCloud constitue une grande fierté pour nos équipes qui s’investissent largement et quotidiennement pour démontrer l’excellence qu’OVHcloud souhaite délivrer à ses clients et son écosystème", a déclaré Michel Paulin, Directeur Général d’OVHcloud, dans un communiqué.

Oodrive, première entreprise labellisée 
La qualification "SecNumCloud" est née du constat suivant : il n'existait aucun référentiel de sécurité national pour les fournisseurs de cloud. A la suite à la promulgation de la Loi de Programmation Militaire en 2013, l'Anssi s'est entourée de neuf acteurs du secteur du cloud computing pour former un groupe de travail et réfléchir à la création d'un visa de sécurité reposant sur un référentiel exigeant. Fin 2016, la première version du "SecNumCloud" est publiée.

C'est Oodrive, spécialiste français des services de travail collaboratif et du partage de fichiers, qui a été le premier acteur cloud à décrocher ce précieux sésame en janvier 2019. Il a été suivi par 3DS Outscale. Ainsi, pendant plus d'un an, la filiale cloud de Dassault Systèmes était le seul fournisseur d’infrastructure IaaS dans le cloud à avoir reçu cette certification.

OVH, premier acteur d'envergue certifié
Même si OVH vient seulement de rejoindre ce cercle, il s'agit de la première entreprise certifiée par l'Anssi à s'être réellement imposée sur le marché du cloud. D'après un classement du cabinet IDC publié en septembre dernier, il s'agit du seul acteur européen retenu parmi les huit fournisseurs mondiaux répondant à trois critères : une présence sur ce marché pendant au moins deux ans, un chiffre d’affaires dans le domaine supérieur à 100 millions de dollars et une envergure globale avec une présence en Amérique, en Europe, Moyen-Orient et Afrique, et en Asie-Pacifique.

Après le Cloud Act en 2018, c'est l'invalidation du Privacy Shield par le juge européen en juillet 2020 qui a relancé le débat sur l'origine géographique de l'hébergement des données. Une aubaine pour les entreprises françaises qui sont certifiées par l'Anssi et donc officiellement reconnues comme étant de confiance.

OVH participe à Gaia-X
L'entreprise roubaisienne participe également au projet de cloud public européenne Gaia-X. Elle s'est alliée avec T-Systems, filiale de Deutsche Telekom spécialisée dans les solutions d’infrastructure numérique et de sécurité pour les entreprises, pour développer un cloud public basé sur la plateforme open source OpenStack.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media