Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'Apple Watch peut-elle permettre de réduire les risques d'AVC ?

Apple et la société pharmaceutique américaine Johnson & Johnson lancent une étude clinique. L'objectif est de déterminer si déterminer si l'Apple Watch couplée à une application peut aider à dépister la fibrillation auriculaire, une anomalie du rythme cardiaque qui augmente le risque d'accident vasculaire cérébral (AVC). L'étude devrait durer trois ans.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'Apple Watch peut-elle permettre de réduire les risques d'AVC ?
L'Apple Watch peut-elle permettre de réduire les risques d'AVC ? © Apple

La société pharmaceutique américaine Johnson & Johnson a annoncé, le 25 février 2020, un partenariat avec Apple dans le cadre d'une étude clinique baptisée "Heartline". L'objectif est de déterminer si l'Apple Watch couplée à l'application "Heartline Study" peut aider à dépister la fibrillation auriculaire, une anomalie du rythme cardiaque qui augmente le risque d'accident vasculaire cérébral (AVC).

 

Un échantillon de 150 000 personnes

Pour s'inscrire à l'étude, il faut résider aux Etats-Unis et avoir plus de 65 ans, être inscrit à un régime de sécurité sociale, posséder un iPhone 6s ou une version ultérieure et accepter de donner ses codes personnels de sécurité sociale. Les participants se verront prêter une Apple Watch ou pourront en acheter une à 49 dollars (le prix initial étant de 399 dollars). L'objectif est de recruter au minimum 150 000 personnes. Une fois les participants tirés au sort, ils seront répartis en deux groupes. L'un utilisera seulement l'application et l'autre combinera Apple Watch et application. L'étude doit durer trois ans.

 

 

La fibrillation auriculaire est difficile à diagnostiquer car elle ne présente la plupart du temps aucun signe physique. Il faut effectuer un électrocardiogramme pour enregistrer l'activité électrique et déterminer si elle est normale. En mars 2019, l'étude "Apple's Heart" de la Stanford University School of Medicine, financée par Apple, affirmait que l'Apple Watch était efficace pour détecter avec précision cette anomalie du rythme cardiaque. Johnson & Johnson veut désormais aller plus loin et savoir si l'Apple Watch peut aller jusqu'à réduire les risques d'AVC.

 

L'Apple Watch, futur dispositif médical ?

Si l'étude se révèle concluante, la firme américaine pourrait essayer de transformer sa montre connectée en véritable dispositif médical qui pourrait être proposé par les assurances maladies privées américaines à leurs clients. CNBC révèle d'ailleurs qu'Apple est déjà en discussion avec ces acteurs pour de futurs partenariats.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media