Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’application de télémédecine vétérinaire Linkyvet lève 550 000 euros

Levée de fonds Fondée en avril 2018, la start-up grenobloise Linkyvet propose aujourd’hui à près de 120 vétérinaires français la gestion de téléconsultations pour animaux. Elle vient de lever 550 000 euros auprès d’investisseurs régionaux pour poursuivre ses innovations et son développement commercial.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’application de télémédecine vétérinaire Linkyvet lève 550 000 euros
L’application de télémédecine vétérinaire Linkyvet lève 550 000 euros © Linkyvet

Alors que l’Ordre des vétérinaires légifère sur le cadre de la télémédecine appliquée à la santé des animaux, Linkyvet prend un nouvel élan grâce à ses investisseurs Kreaxi, Crédit Agricole Sud Rhône Alpes et Crédit Agricole des Savoie, complété par un pool de business angels, principalement des vétérinaires. Le bon moment pour continuer à recruter et se déployer en France, deuxième marché de santé animale au monde avec plus de 18 000 vétérinaires, 6 000 cliniques et un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros par an.

 

S’adresser aux vétérinaires avant tout

"Contrairement à notre concurrence, nous sommes tournés vers les vétérinaires et non vers les propriétaires d’animaux, souligne le cofondateur Damien Verdillon. Nous sommes partis du postulat que c’est lui qui va inciter les clients à télécharger l’application et non le client qui va le trouver grâce à cet outil". Linkyvet n’est donc pas un Doctolib pour chiens et chats, mais plutôt un outil à disposition du professionnel, qui pourra alors valoriser à distance ses conseils dans le cadre d’une urgence ou effectuer un suivi de santé après une opération par exemple.

 

Comme en télémédecine humaine, la législation impose de n’utiliser la téléconsultation que si le vétérinaire a vu l’animal dans les 12 mois qui précède. "À partir de là, Linkyvet devient très rassurant car l’utilisateur peut interagir n’importe où avec son vétérinaire, même en déplacement, et c’est aussi pour le professionnel de santé la possibilité de voir l’animal dans son environnement familier", précise le cofondateur. Enfin, elle répond à la problématique actuelle de "désert vétérinaire".

 

Lauréate du trophée e-santé animale

Lancée en avril 2018, la start-up avait lancé sa solution numérique sur le marché fin 2019 et remporté plusieurs prix, dont le trophée e-santé animale. Basée sur un modèle économique de licence, l’application est proposée via un abonnement de 55 euros mensuel avec engagement d’un an, ou 65 euros par mois sans engagement.

 

Côté utilisateur, il suffit de disposer d’un smartphone et de télécharger l’application gratuite, et c’est le vétérinaire qui crée un compte pour son client. La future législation définira le cadre des prochains services proposés. Déjà plusieurs recrutements sont en cours pour étoffer l’équipe commerciale et une réflexion est menée sur l’ouverture au secteur agricole.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media