Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'application Grindr doit payer 9,6 millions d'euros pour avoir divulgué des données utilisateurs

L'application de rencontre Grindr a violé le RGPD en divulguant les données personnelles de ses utilisateurs à des agences de publicité, a conclu la Cnil norvégienne qui lui a infligé une amende de 9,6 millions d'euros, soit environ 10 % de son chiffre d'affaires. La société américaine a désormais 15 jours pour soumettre sa défense.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'application Grindr doit payer 9,6 millions d'euros pour avoir divulgué des données utilisateurs
L'application Grindr doit payer 9,6 millions d'euros pour avoir divulgué des données utilisateurs © Freestocks/Unsplash

L'autorité de protection des données personnelles norvégienne, la Datatilsynet, a condamné l'application de rencontre américaine Grindr au paiement d'une amende de 100 millions de couronnes norvégiennes, environ 9,6 millions d'euros, pour avoir illégalement divulgué les données de ses utilisateurs à des agences de publicité.

Un partage sans base légale
"Notre conclusion préliminaire est que Grindr a divulgué des informations personnelles sur ses utilisateurs à un certain nombre de tiers sans base légale", a déclaré Bjørn Erik Thon, directeur de l'autorité norvégienne de protection des données, dans un communiqué.

En effet, comme l'indiquait le Conseil des consommateurs à l'origine de la plainte, l'application transmettait les données de géolocalisation et des informations sur le profil des internautes à des fins de marketing sans leur consentement.

Des informations sur l'orientation sexuelle
La Cnil norvégienne ajoute qu'un consentement pleinement valable est d'autant plus important que Grindr traite des données sensibles, en particulier sur l'orientation sexuelle des personnes. Or, il était impossible pour les internautes de comprendre précisément les informations qu'ils acceptaient de partager auprès de tiers. De plus, dans le cas où ils refusaient cette politique de confidentialité, leur unique choix était de quitter l'application.

Par conséquent, "les utilisateurs n'avaient pas la faculté d'exercer un contrôle réel sur la divulgation de leurs propres informations", conclut l'autorité. Elle rappelle en outre que "les modèles commerciaux qui impliquent de forcer les utilisateurs à accepter quelque chose, sans bien expliquer ce qu'ils acceptent, ne sont pas conformes à la loi".

13,5 millions d'utilisateurs
Le montant de la sanction représente environ 10 % du chiffre d'affaires annuel d'au moins 100 millions de dollars de Grindr, indique la Datatilsynet. Ce seuil a été fixé car l'application compte 13,7 millions d'utilisateurs, dont plusieurs millions en Norvège. La société américain a désormais jusqu'au 15 février prochain pour se défendre et peut-être réussir à faire annuler cette sanction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media