Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

À Orléans, l'armée de l'air embarque cinq start-up dans son programme d'innovation

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Un laboratoire a été créé au sein de l'incubateur le Lab'O à Orléans (Loiret) pour abriter les collaborations entre l'armée de l'air et des jeunes pousses du numérique. 

À Orléans, l'armée de l'air embarque cinq start-up dans son programme d'innovation
À Orléans, l'armée de l'air embarque cinq start-up dans son programme d'innovation © Lab'O

Un Laboratoire opérationnel de recherche sur l’intégration des données et systèmes air-surface (Lorias) vient de voir le jour au sein de l'incubateur de la métropole orléanaise le Lab'O. En langage non militaire, il s'agit de fluidifier les communications et les interactions entre les hommes et les machines (avions, hélicoptères, drones, satellites, armes et objets communicants...) en opération. "L'armée vise à améliorer constamment "la boucle ODA, orientation, décision, action", résume le général Olivier Taprest, adjoint au chef d'état-major de l'aviation. Ce choix d'Orléans (Loiret) pour accueillir cet open lab tient à la proximité de la base de Briçy, où sont stationnés les A400 M ainsi que les commandos de l'air du CPA 10.

 

Ce partenariat prend la forme d'une association présidée par un ancien général, Gilles Rouby. La métropole d'Orléans détache un chargé de mission économique pour faire vivre ce réseau de cinq start-up, et de quelques grandes entreprises, comme Thales, Orange, Engie et le Crédit Agricole. "Une grande partie des besoins exprimés par nos forces ont ou auront des débouchés dans la vie quotidienne des Français. Peu de pays continuent de développer cette synergie, c'est une richesse", argumente Olivier Carré, maire d'Orléans, pour expliquer la présence d'entreprises civiles dans ce cénacle.

 

Répondre plus vite aux besoins des armées

Depuis quelques semaines, cinq start-up ont rejoint les 400 mètres carrés du Lorias : Impact, Geoide, Extrem Drone, Aderanet et 3ZA. Créée en 2012, Impact développe une cartographie intelligente, capable d'agréger des sources variées, dont des images en temps réel. Geoide sécurise des échanges de données. Parmi ses activités, Extrem Drone intervient sur le drone Lidar. Aderanet édite, quant à elle, des logiciels de sécurité et développe un drone autonome avec la précédente société. Enfin, 3ZA opère dans l'Internet des objets (IoT) et le verrouillage électronique.

 

"Le Lorias crée des synergies entre nous afin de proposer des services rapidement aux clients civils et militaires",  raconte Grégory Gille, dirigeant de Geoide. L'électronicien Thales regarde de près ce rapprochement. Lui fait-il de l'ombre ? "Pas vraiment, au contraire, précise Didier Bihannic, responsable services chez Thales Air Systems. Nous savons adresser des innovations de start-up vers des grands programmes de la DGA et des armées. Le Lorias apporte un cadre à ces partenariats".

 

Pour l'armée de l'air, engagée dans un plan Air Innov 2022, ce hub ouvert répond à un constat. "Les bases aériennes ouvertes sur l'extérieur sont les plus prolifiques en matière d'innovation", souligne le général Trapest. Et de citer le centre d'expertise aérienne de Mont-de-Marsan (Landes), la chaire recherche de l'Ecole de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône), et le hub innovation d'Evreux (Eure). L'un des objectifs du Lorias pour l'armée de l'air est de générer des "développements rapides de solutions répondant à des attentes très spécifiques". Comme par exemple imaginer des solutions antibrouillage pour les missions au-dessus de la Syrie.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale