Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'assurtech Stoïk lève 11 millions d'euros et séduit Andreessen Horowitz

Levée de fonds Stoïk, dont l'assurance cyber associée à un outil de détection des vulnérabilités critiques cible le marché des TPE-PME, boucle un tour de table moins de six mois après sa dernière levée de fonds.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'assurtech Stoïk lève 11 millions d'euros et séduit Andreessen Horowitz
L'assurtech Stoïk lève 11 millions d'euros et séduit Andreessen Horowitz © ALICE LEMARIN

Stoïk, une assurtech lancée en mars 2021 qui associe une couverture d'assurance cyber et un logiciel d'audit des vulnérabilités informatiques, boucle ce mardi 28 juin une levée de fonds en série A de 11 millions d'euros, après avoir levé 3,8 millions d'euros en janvier. Le tour de table a été mené par le fonds américain Andreessen Horowitz, et les investisseurs existants Alven et Anthemis ont remis au pot, de même que plusieurs business angels dont Henri de Castries, l'ancien PDG d'Axa.

C'est le deuxième investissement d'Andreessen Horowitz dans une start-up française, après le réseau social de partage de photos BeReal.
 

l'allemagne en 2023

Stoïk utilisera ces fonds pour recruter une douzaine de personnes, essentiellement des profils commerciaux, et pour partir à la conquête de l'Allemagne début 2023, le premier marché cible en Europe pour les assurtech françaises. La start-up parisienne est passée d'une dizaine de collaborateurs il y a six mois à 28.

Depuis le mois d'avril, en plus de la vente directe, Stoïk distribue son produit par le biais d'un réseau de courtiers, auxquels elle fournit un espace en ligne leur permettant de suivre l'ensemble de leurs contrats. Elle s'appuiera sur les courtiers également présents en Allemagne pour se lancer sur ce nouveau marché. Dans un communiqué, Stoïk revendique plus de 100 clients et affirme en viser 800 fin 2022. 

Il y a tout juste une semaine, un concurrent de Stoïk, Dattak, a réalisé une levée de fonds en amorçage de 7 millions d'euros. Elle cible également les TPE-PME, qui seraient moins de 1% à être couvertes par une assurance cyber dédiée.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.