Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’atelier Artem Nenobase construit une plateforme pour mieux traiter le cancer du cerveau

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nancy (Meurthe-et-Moselle) a officialisé le 28 novembre sa plateforme Nenobase, future pierre angulaire du traitement coopératif des tumeurs du cerveau. Fruit de quatre ans de collaboration entre praticiens et étudiants de l’atelier "Manager et médecins", la base de données se développera dès 2015 sur le plan national.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’atelier Artem Nenobase construit une plateforme pour mieux traiter le cancer du cerveau
Le CHU de Nancy a officialisé le 28 novembre sa plateforme Nenobase © Artem-ICN Business School

Artem-ICN Business School à Nancy (Meurthe-et-Moselle) a posé le 28 novembre la première pierre virtuelle d'une banque de données nationale dédiée aux tumeurs du système nerveux central. Unique en France, cette plateforme permet à 150 professionnels de l’oncologie de mutualiser les renseignements, diagnostics et processus de traitement. "Les médecins qui se trouvent à l’origine de ce projet avaient besoin d’un outil permettant de relier les hôpitaux entre eux et de réaliser à la source des collectes de données à grande échelle", explique le professeur Luc Taillandier, président de l’Association des neuro-oncologues d’expression française (ANOCEF).

Les tumeurs du cerveau, qui constituent 3 % des cancers, présentent une grande complexité avec près de 150 variantes connues. Des oncologues aux biologistes, toute la chaîne thérapeutique a besoin d’outils permettant d’échanger pour apporter des réponses collectives fiables.

Le dispositif Nénobase valide quatre ans de coopération entre un réseau de médecins, les CHU de Nancy et d’Amiens et les ateliers "Médecins et manager" du campus nancéien Artem, qui regroupe une vingtaine d’étudiants renouvelés chaque année. Leur priorité a consisté à élaborer un protocole fiable de saisie et d’utilisation des données. Les deux CHU s’engagent à présent dans une phase opérationnelle d’une durée de douze mois durant laquelle d’autres établissements doivent rejoindre Nenobase.

Pascale Braun

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media