Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’Atelier Rosemood mise sur l’expérience client pour se démarquer sur le web

Sur le marché très compétitif de la papeterie, la société nantaise Rosemood mise sur des produits premium, un service-client personnalisé et une fabrication française pour tirer son épingle du jeu.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’Atelier Rosemood mise sur l’expérience client pour se démarquer sur le web
Des faire-part, Rosemood a étendu sa gamme aux albums photos, calendriers, tirages photos haut de gamme et carnets personnalisés. © Rosemood

Pure-player, c’est sur le web que l’Atelier Rosemood s’est lancé en mai 2010 sur le marché des faire-part de naissance. Née à Paris, la société s’est installée en décembre 2011 à Nantes, d’où elle poursuit depuis 10 ans son essor. Si elle a étendu sa gamme à d’autres produits de papeterie et aux albums photos, l’Atelier Rosemood a conservé sa manière initiale d’aborder ce marché très concurrentiel.

La société se positionne sur un segment premium, mettant en avant son service-client pour se démarquer des autres acteurs. Depuis sa création, Rosemood a mis en place une équipe de graphistes et de correcteurs chargés de finaliser gratuitement la mise en page et la relecture des projets montés par les clients sur l’outil d’édition et l’application Rosemood, à partir de designs personnalisables. Ces outils web et mobiles ont été développés en interne par la société, qui assure aussi le façonnage des produits dans sa propre imprimerie près de Nantes.

En croissance
Bien que digitale, cette approche globalisée et personnalisée semble séduire. Malgré la crise ayant entraîné l’annulation de nombreux mariages, qui reste le marché historique de Rosemood, la société a clos 2020 sur un chiffre d‘affaires de 11,5 millions d'euros, contre 10 millions d'euros en 2019. "Notre rentabilité est même meilleure qu’envisagée avant la crise. Les ventes d’albums photos ont cartonné tout comme les calendriers, les carnets personnalisés ou les tirages photos haut de gamme, des produits lancés plus récemment", analyse Grégoire Monconduit, co-fondateur de Rosemood qui mise sur “des beaux objets“.

La société (100 salariés en ETP) vise les 14 millions d'euros sur 2021. Cette croissance lui permet de continuer à se développer en fonds propres sur le marché français, mais aussi en Allemagne et au Royaume-Uni. Selon Grégoire Monconduit, l’activité est plus compliquée au Royaume-Uni "du fait du Brexit et d’une notoriété de marque moindre." Car Rosemood mise essentiellement sur le bouche-à-oreille et les réseaux sociaux pour se faire connaître. Si ses faire-part et albums nt principalement au grand-public, Rosemood commence aussi à structurer une activité B2B avec ses carnets personnalisés et des cartes de vœux.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.