Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'Atlas des start-up promeut l'entreprenariat made in France

Les CCI Françaises, le blog 1001startups et le site Soon Soon Soon publient un Atlas des start-ups françaises. Un catalogue de portraits pour promouvoir l'entreprenariat en France.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'Atlas des start-up promeut l'entreprenariat made in France
L'Atlas des start-up promeut l'entreprenariat made in France © D.R

Les chambres de commerce et d'industrie (CCI), le blog 1001startups et le site dénicheur de tendances Soon Soon Soon publient un Atlas des start-ups. Il répertorie 100 start-up de toutes les régions de France. Un manifeste pour l'entreprenariat qui entend s'opposer à la morosité ambiante. "En France, on n'a pas de pétrole, mais on a des start-up !", affirme en préface Ganaël Bascoul, co-fondateur de Soon Soon Soon.

 

L'Atlas des start-up est vendu en ligne. Il s'adresse avant tout aux entrepreneurs et futurs entrepreneurs. "Notre souhait est de montrer à ceux qui n'osent pas se lancer que c'est possible", explique Nathalie Carré, chargée de mission Entreprenariat de la CCI de Paris. "En France, il y a 800 000 personnes qui ont l'intention de créer une entreprise et seulement 60 000 qui le font vraiment", insiste-t-elle. Le guide alterne les pages de présentations de start-up et les pages qui référencent les organisations qui accompagnent les jeunes entreprises ainsi que les chiffres économiques clés de chaque région.

 

Etre entrepreneur en régions

 

L'autre ambition du livre est de faire connaître au grand public des projets "dont on parle mal ou peu", selon Ganaël Bascoul. En régions en particulier. "Le mot start-up a souvent été associé à Paris. On veut montrer qu'il existe des initiatives ailleurs et qu'il est même parfois plus intéressant de créer son entreprise en province", souligne Gaëlle Ottan, co-fondatrice de 1001startups, un blog de conseils basé à Montpellier (Hérault). Le site fait de l'entrepreneuriat en régions son cheval de bataille.

 

L'atlas reflète une certaine vision de l'économie. Elle n'est plus segmentée par secteurs mais par "familles". Cinq au total : l'économie collaborative où l'on trouve le site costockage.com qui propose de mettre en location sa cave ou son grenier, les "pro-ams" génèrent un revenu grâce à leur passion comme La Grande Serre qui commercialise des plantes rares dénicher en France, les "Crowd-x" dont font partie les sites de financements participatifs, les "Makers et Fablabs" développent des technologies comme le fabricant de drones toulousain Delair-Tech et la famille du "Big Data" qui crée de la valeur à partir de données.

 

Des entreprises incarnées par leur fondateur

 

"Tout est parti de l'idée de Jean-David…", "J'ai été scout pendant de nombreuses années…" ou encore "Valentin et moi sommes amis depuis le lycée…" Voilà comment commencent les présentations de certaines start-up. L'histoire individuelle fait partie de la stratégie de communication. Un storytelling qui correspond aussi à une réalité puisque l'idée de départ de ces jeunes entrepreneurs vient souvent d'un constat personnel.

 

L'Atlas des start-up sera publié tous les ans. "La première édition n'était pas facile à réaliser parce que nous sommes allés chercher les start-up nous-mêmes. Pour l'Atlas 2016, nous avons déjà 40 demandes. On va devoir mettre en place un comité de sélection!", annonce Ganaël Bascoul. Mission de promotion réussie.

 

Atlas des Start-ups, Le Tour de France en 100 start-ups,128 pages, 14 euros

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.