Actualité web & High tech sur Usine Digitale

L’Australie teste la reconnaissance faciale comme substitution au passeport

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Alors que le projet avait été dévoilé début 2017, les premiers tests de reconnaissance faciale ont eu lieu cette semaine du 2 juillet 2018 pour certains vols internationaux au départ de Sydney.    

L’Australie teste la reconnaissance faciale comme substitution au passeport
L’Australie teste la reconnaissance faciale comme substitution au passeport © D.R

L’Australie fait un pas de plus vers le remplacement des contrôles de passeports, au profit d’un contrôle par reconnaissance faciale. Des tests biométriques les plus complets commencent à être effectués par la compagnie aérienne australienne Qantas, en partenariat direct avec l’aéroport de Sydney. Seuls les passagers voyageant sur certains vols internationaux, pourront expérimenter cette technologie pour l’instant.

 

Vers la fin des passeports papier ?

 "A l’avenir, il n’y aura plus de passeports... Votre visage sera votre passeport et votre carte d’embarquement à chaque étape du processus", c’est ce qu’a déclaré Geoff Culbert, PDG de l’aéroport de Sydney. Ce dernier semble certain qu’une telle mutation est inévitable et qu’il n’est aujourd’hui plus possible de se contenter de simples passeports papier. Cette digitalisation de l’identité peut être vue comme un moyen de prévenir le terrorisme et de renforcer au maximum les contrôles douaniers afin de réduire voire de faire disparaître la possibilité d’une erreur.

Parallèlement à cela, le but est d’automatiser l’enregistrement, l’embarquement, la dépose des bagages ainsi que l’accès aux salons. Il s’agirait là d’un gain de temps considérable, aussi bien pour les aéroports, les compagnies aériennes, que les voyageurs eux-mêmes. Par ailleurs, la directrice des Relations Clients de Qantas, Vanessa Hudson, explique : "Les clients de Qantas pourront s’enregistrer pour leurs vols via cette technologie, qui permettra aussi à nos équipes, dans nos salons, de proposer des expériences client plus personnalisées".

 

Une techno à déployer sur le long terme

Bien évidemment, avec 43 millions de passagers fréquentant l'aéroport de Sydney chaque anné, ela mise en application d’une telle technologie ne se fait pas du jour au lendemain. Il s’agit donc d’un projet lourd et dont les conséquences d’un point de vue de la sécurité ou encore du respect de la vie privée ne sont pas négligeables. De quoi rendre sceptiques certains membres du gouvernement ou de grandes institutions. Sydney n’est pourtant pas le seul aéroport à tenter l’expérience, Brisbane et Singapour effectuent eux aussi des tests pour se digitaliser petit à petit.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale