Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'autorité de la concurrence britannique réitère ses inquiétudes sur l'investissement d'Amazon dans Deliveroo

Le régulateur britannique de la concurrence estime que l'investissement d'Amazon dans Deliveroo présente un caractère antitrust. D'après lui, l'opération pourrait entraîner "une baisse importante de la concurrence" sur le marché en plein essor de la livraison de repas au Royaume-Uni. Si les réponses des deux sociétés ne sont pas satisfaisantes, une enquête pourrait être ouverte.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'autorité de la concurrence britannique réitère ses inquiétudes sur l'investissement d'Amazon dans Deliveroo
L'autorité de la concurrence britannique réitère ses inquiétudes sur l'investissement d'Amazon dans Deliveroo © Deliveroo

Les inquiétudes perdurent autour de l'investissement d'Amazon dans le groupe britannique de repas à domicile Deliveroo. La Competition and Markets Authority (CMA) a rendu un avis le 11 décembre 2019 dans lequel elle estime que ce rapprochement soulève des préoccupations antitrust et pourrait nécessiter une enquête plus approfondie.

 

Une levée de fonds controversée

Cet investissement s'est fait en mai 2019 dans le cadre d'une levée de fonds de 575 millions de dollars. Même si d'autres investisseurs y ont participé, Amazon a pris la plus grosse part. La valeur de la participation n'a pas été officiellement dévoilée mais certains parleraient de 500 millions de dollars, soit plus de 86% du montant total. Le régulateur britannique de la concurrence avait immédiatement mis le holà à cet investissement. Quelques mois plus tard, les craintes sont restées les mêmes.

 

"Si l'accord devait se dérouler sous sa forme actuelle, il y a un risque réel qu'il laisse les clients, les restaurants et les épiciers face à des prix plus élevés et des services de moindre qualité à mesure que ces marchés se développent", s'est inquiétée Andrea Gomes da Silva, directrice exécutive de la CMA. Elle estime que l'émergence d'un acteur dominant pourrait nuire à la concurrence dans le marché de la livraison de repas.

 

Une entente anti-concurrentielle

Actuellement, il n'existe qu'un petit nombre d'entreprises qui agissent comme intermédiaires entre les restaurants et les clients. Amazon a offert ce service en concurrence avec Deliveroo jusqu'en 2018, date à laquelle il a quitté le marché. La CMA craint par ailleurs qu'une entente entre les deux parties ne nuise aussi à la concurrence sur le marché émergent de la livraison de produits d'épicerie en ligne, où les deux sociétés ont déjà établi des positions de leader.

 

Deliveroo a réagi à l'avis du régulateur britannique. Il estime qu'il finira par persuader la CMA que ce financement "augmentera la concurrence, aidera les restaurants à développer leurs activités, créera plus de travail pour les usagers et élargira le choix des clients". Amazon a, quant à lui, expliqué que cet accord "conduira à une innovation plus favorable aux consommateurs en aidant Deliveroo à continuer à construire son service".

 

L'ouverture d'une enquête

Les deux entreprises ont désormais cinq jours ouvrables pour soumettre à la CMA des propositions juridiquement contraignantes afin de répondre aux problèmes de concurrence identifiés. L'autorité disposera ensuite également de cinq jours ouvrables pour accepter l'offre. A défaut, elle pourrait ouvrir une enquête pour approfondir la question.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media