Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'Autorité de la concurrence épingle Google pour ses pratiques publicitaires

Les procédures contre Google se multiplient. En France, l'Autorité de la concurrence enquête actuellement sur les pratiques de l'entreprise en matière de publicité. La plainte a été initiée par News Corporation, une société éditrice de plusieurs titres de presse. La procédure devrait aboutir d'ici quelques mois.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'Autorité de la concurrence épingle Google pour ses pratiques publicitaires
L'Autorité de la concurrence épingle Google pour ses pratiques publicitaires © Glassdoor

L'Autorité de la concurrence, qui est chargée de lutter contre les pratiques antitrust et d'étudier le fonctionnement des marchés, a ouvert une instruction sur les pratiques de Google en matière de publicité, révèle Le Journal du Net.

Sans pleinement confirmer cette nouvelle procédure, l'autorité administrative a déclaré lors de ses voeux pour l'année 2021 que "plusieurs enquêtes contentieuses, initiées notamment à la suite de l'avis de 2018 sur la publicité en ligne, devraient aboutir en 2021. C'est le cas pour deux affaires, l'une concernant les services d'intermédiation dans le secteur de la publicité en ligne." 

Des pratiques antitrust
A l'issue d'une enquête entre juin 2019 et janvier 2020, l'Autorité a identifié plusieurs pratiques qui placeraient Google dans une situation d'abus de position dominante sur le marché de la publicité en ligne. En octobre dernier, elle a transmis à la société un document répertoriant l'ensemble desdits comportements marquant ainsi l'ouverture d'une instruction.

Comme l'explique Le Journal du Net, Google Ad Manager – la plateforme de diffusion d'annonces du géant américain – a été adopté par "plus de 95 % des grands médias français". "L'outil d'achat", baptisé DV360, est lui utilisé par "plus de la moitié des annonceurs en France".

Une plainte déposée par News Corporation
L'Autorité a agi en réponse à une plainte déposée par News Corporation, une entreprise de services de médias et d'information qui édite notamment le Sunday Mail, Fiji Times, le Sun, le New York Post… Le groupe australien a introduit des plaintes similaires aux Etats-Unis, en Australie et dans quelques pays européens.

A partir de la notification de ces griefs, la firme de Mountain View avait deux mois pour y répondre, c'est-à-dire jusqu'à décembre 2020. Cette réponse doit nourrir un rapport du gendarme de la concurrence qui sera soumis à l'accusé et au plaignant. L'audience est prévue dans les prochains mois.

Google sanctionné à hauteur de 150 millions d'euros
L'Autorité de la concurrence a déjà condamné Google pour des motifs similaires à une amende record de 150 millions d'euros en décembre 2019. Elle jugeait que la firme américaine appliquait des règles "opaques et difficilement compréhensibles" sur sa plateforme publicitaire ce qui excluait de facto injustement des entreprises. C'est la société Gibmedia qui avait saisi l'institution à la suite de la suspension de son compte par Google.

Les pratiques de l'entreprise en matière de publicité soulèvent également des préoccupations en matière de protection de la vie privée. En décembre dernier, plusieurs organisations ont déposé un ensemble de plaintes devant six autorités de protection des données personnelles de l'Union européenne. Elles accusent Google de violer le Règlement général de la protection des données (RGPD) en recourant aux enchères publicitaires en temps réel (RTB).

Action collective aux Etats-Unis
Aux Etats-Unis, Google est dans le viseur d'un groupe de 7 Etats et du ministère de la Justice qui l'accusent d'abuser de sa position dans tous les secteurs dans lesquels elle opère. La société nie en bloc ces accusations. Elle explique que si son moteur de recherche et ses autres produits et services sont majoritairement utilisés, c'est tout simplement parce que les consommateurs les préfèrent.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.