Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'Autorité de la concurrence met sous scellés les bureaux de SFR et Numericable

Certains bureaux des sièges de SFR et de Numericable ont été mis sous scellés ce 2 avril par l'Autorité de la concurrence selon l’AFP. Ces ceux opérations ont été conduites dans le cadre d’une enquête qu’elle mène avec la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes sur le rachat par le fournisseur d’accès à Internet de l’ex-filiale de Vivendi.
mis à jour le 02 avril 2015 à 16H42
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'Autorité de la concurrence met sous scellés les bureaux de SFR et Numericable
L'Autorité de la concurrence met sous scellés les bureaux de SFR et Numericable © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

L’Autorité de la concurrence a placé sous scellés ce 2 avril une partie des locaux des sièges de Numericable et de SFR, situés respectivement à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne) et à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), selon l’AFP. L’agence cite des sources syndicales et précise que l'institution lui a confirmé avoir mené des "opérations de visite et de saisie dans le secteur des télécoms".

Cette mise sous scellés a été réalisée dans le cadre d’une enquête ouverte par l’Autorité de la concurrence et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) sur le rachat par le fournisseur d’accès à Internet de l’opérateur télécom, au terme d'une longue bataille qui a opposé la filiale de l'entrepreneur Patrick Drahi au groupe de BTP Bouygues.

devoir de transparence vis-à-vis des marchés

En juillet 2014, plus de quatre mois avant la finalisation de cette opération à 13,2 milliards d’euros, la Lettre de l'Expansion avait déjà indiqué qu’une investigation était en cours, mais menée cette fois par l'Autorité des marchés financier. Pendant le feuilleton de ce rachat aux nombreux rebondissements, marqué par des surenchères répétées des deux prétendants, l’AMF avait rappelé à l'ordre les différents protagonistes en les enjoignant de respecter les règles de communication financière.

Elle avait notamment indiqué aux différents acteurs concernés qu'ils avaient un devoir de transparence vis-à-vis des marchés, bien que la vente de la principale division de Vivendi ne soit pas soumise au cadre juridique strict des offres publiques car elle n’est pas cotée en Bourse.

L'entreprise dans un état "jamais vu"

Contacté par L'Usine Nouvelle, Olivier Lelong, délégué syndical central CFDT chez SFR confirme la perquisition depuis ce matin à 10 heures des sièges de SFR à Saint-Denis, Numericable à Champs-sur-Marne, ainsi que de celui de Virgin à Levallois. "Une vingtaine de personnes dont des policiers et des membres de la DGCCRF sont arrivés et se sont fait conduire à l’étage du Comex, explique le syndicaliste basé au siège de SFR. Depuis ils descendent dans les étages et la hiérarchie. Ils ont perquisitionné, pris des ordinateurs, des documents, des disques durs, des téléphones et mis des bureaux et même certaines zones d’open-space sous scellées. Les rubans pendent entre les bureaux !"

Selon Olivier Lelong, la direction n’a donné aucune information à ses employés sur ce qui se passait. "Nous savons seulement que cela porte sur l’acquisition de SFR." Le syndicaliste précise par ailleurs que l’ambiance et l’entreprise sont dans un état "jamais vu". "Un grand nombre de directeurs ont été limogés, et il y a d’autres top managers qui sont tellement dégoutés qu’ils sont prêts à rendre leur tablier. Il y a des défauts de paiement des fournisseurs et des gens qui ne font plus rien, car il n’y a plus de budget." A 16h30, les enquêteurs étaient toujours sur place chez SFR. 

Emmanuelle Delsol et Lélia de Matharel

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale