Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'école 42 veut plus de femmes dans le numérique

L'école de Xavier Niel, 42, veut voir plus de femmes se mettre au développement informatique et lance un appel pour féminiser le numérique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'école 42 veut plus de femmes dans le numérique
L'école 42 veut plus de femmes dans le numérique © D.R.

"La tech a besoin des femmes autant que les femmes ont besoin d'être présentes dans ces métiers d'avenir". Pour Sophie Viger, directrice générale de l'école 42, le ton est donné. Il est plus que temps de former les femmes au développement web et de féminiser le développement informatique.

Fondée à l'initiative de Xavier Niel en 2013, 42 est la première formation en informatique entièrement gratuite, ouverte à toutes et à tous sans condition de diplôme et accessible dès 18 ans.

Boostées par la pandémie, les technologies de l'information sont un domaine qui n'a pas connu la crise, mais restent un monde plutôt masculin. 42 souhaite changer la donne et soutenir les femmes pour qu'elles deviennent "des actrices de premier plan dans l’élaboration des nouveaux usages, biens et services qui définiront le monde de demain", indique Sophie Viger. "Chez 42, il nous est inconcevable d’imaginer une société où elles seraient de simples spectatrices", ajoute-t-elle.

46% de femmes aux dernières séléctions
Basée sur un mode de sélection particulier, l'école a vu son taux de participantes exploser au fil des ans, passant de 7% d’étudiantes en 2017 à 26% en 2020 et 46% de femmes aux dernières sélections. Mais ce n'est toujours pas suffisant pour la directrice : "notre objectif désormais est d’atteindre l’équilibre femmes-hommes." Pour rappel, l'institution avait été l'objet d'un scandale fin 2017 concernant le sexisme rampant qui y régnait. Visiblement les choses ont bien changé depuis.

Forte d'un réseau de campus présent sur les 5 continents, l'école et son système de sélection favorisent également les reconversions. "Avant de tenter 42, j’étais architecte d’intérieur. Je n’avais jamais codé !", explique Clémence, 40 ans et maman d’un petit garçon.

Pour Sophie Viger, l'objectif est clair : faire bouger les lignes de la féminisation du numérique. "C’est donc un appel à toutes les femmes que je lance, jetez-vous à l’eau et venez coder !", conclut-elle.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.