Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’économie américaine a besoin d’immigrants

Le brain drain a de l’avenir. Pour continuer à être une puissance innovante, les Etats-Unis réforment l’immigration pour attirer des compétences du monde entier. Un impératif quand le système supérieur peine à former suffisamment de diplômés, notamment pour l’informatique, un secteur qui soutient la réforme en cours.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’économie américaine a besoin d’immigrants
L’économie américaine a besoin d’immigrants © Loving earth - Flickr - C.C.

Même paradoxe d’un côté et de l’autre de l’Atlantique : un taux de chômage élevé d’un côté et simultanément des postes qui restent désespérément à pourvoir. Aux Etats-Unis, l’audition du directeur juridique de Microsoft, Brad Smith devant la commission du Sénat qui étudie la réforme des lois sur l’immigration a ainsi rappelé que si le taux de chômage global est de 7,6 %, tous secteurs confondus, il n’est que de 3,2 % pour le secteur informatique/mathématique. A ce niveau les économistes parlent de plein emploi. Plus inquiétant selon Brad Smith, la tension sur le marché "empire".

Dans son édition 2012 de l’index mondial des compétences, Hays et Oxford economics pointaient que les Etats-Unis était l’un des marchés du travail qualifié les plus tendus au monde. Ce que confirmait une enquête menée par la National association of manufacturers, estimant à 600 000 postes qualifiés non pourvus par manque de compétences locales.

Attirer les entrepreneurs très qualifiés

Cette pénurie de salariés formés explique partiellement la réforme des lois sur l’immigration. Dans son dernier discours sur l’état de l’Union, le président Obama a justifié sa réforme en recourant à des arguments économiques. Le but annoncé est d’"attirer les entrepreneurs très qualifiés et les ingénieurs qui vont aider à créer les emplois et la croissance de l’économie" américaine. Le même, dans une précédente intervention, avait insisté sur "les jeunes brillants qui étudient ici aux Etats-Unis" citant l’exemple d’Intel et d’Instagram, deux sociétés créés par des étudiants étrangers qui ont fréquenté les universités américaines.

Au programme de la réforme, soutenue par les démocrates et les républicains (ces derniers ayant en tête que les électeurs d’origine hispanique ne les ont pas soutenus lors de la dernière présidentielle) : une régularisation des irréguliers après paiement d’une amende et des arriérés d’impôts dus. Le quota de visas devrait être sensiblement augmenté. Actuellement, ce sont 85 000 visas qui sont accordés conformément à une disposition datant de 1990. Ce plafond pourrait passer à 205 000 visas annuels. En outre, les étudiants étrangers ayant obtenu un diplôme d’universités américaines dans les disciplines scientifiques pourraient obtenir la fameuse carte verte.

Christophe Bys

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale