Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’économie du partage, ça peut rapporter combien ?

La "OuiShare fest", qui se déroule au Cabaret Sauvage à Paris du 5 au 7 mai 2014, consacre l'économie participative. A cette occasion, L'Usine Digitale se propose de vous présenter Edwin Monet, personnage fictif partageant tout... car l'économie participative le lui rend bien. Inscrit sur tous les sites permettant de mettre ses biens à disposition des autres, il augmente leur valeur d’usage et les fait fructifier autant que possible. En échange de ses multiples prêts, il touche des revenus, qui viennent compléter son salaire mensuel. Biographie fictive d’un champion du partage rentable.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’économie du partage, ça peut rapporter combien ?
L’économie du partage, ça peut rapporter combien ? © /*dave*/ - Flickr - C.C.

Edwin Monet loue une petite maison dans la périphérie bordelaise. Lorsqu’il prend des vacances ou même profite d'un long week-end, il la sous-loue sur le site Airbnb.fr, pour 220 euros. Mais il ne peut pas le faire trop souvent, car il ne paye pas les même taxes que les hôtels sur cette activité et n'est pas soumis aux même règles d'hygiène. Il risque, si cela devient un revenu régulier, de se faire attaquer en justice pour fraude fiscale.

Edwin vit seul dans une maison de 120 mètres carrés. Il a condamné une pièce de 12 mètres carrés, en faire un lieu de stockage, qu'il loue pour 30 euros par mois.

Un Trésor dans le jardin

Le jeune homme a la main verte : il cultive un potager et vend via le site lepotiron.fr un panier de légumes frais toutes les deux semaines, pour 5 euros.

Dans son jardin, il a aussi la place de garer deux voitures. Il loue l’une de ses places de parking à sa belle-sœur qui ne se sert que rarement de son véhicule, pour 7 euros par semaine. Edwin tond aussi son jardin de temps en temps tous les week-ends. Quand il ne l'utilise pas, il loue loue sa tondeuse pour 5 euros.

Edwin travaille à Mérignac, dans la banlieue bordelaise. Lorsqu’il va au bureau, il passe chercher une amie qui travaille aussi à Mérignac. Pour ce covoiturage de 18 kilomètres, elle lui donne 10 euros par semaine. 

linge sale pas qu'en famille

Edwin met régulièrement en vente les vêtements qu'il ne porte plus sur le site Videdressing.fr, qui prélève 10% de commission.

Le maître de l’économie participative est cuistot à ses heures. Sa voisine l’a contacté via le site super-marmite.com. Une fois par semaine, elle lui achète un plat pour une personne. Edwin lui facture sa prestation de chef d’un jour 6 euros.

L'appartement de cette voisine est tout petit. Celle-ci apporte une a deux fois par semaine son linge sale chez Edwin, qui lui prête sa machine à laver. Elle lui donne 3 euros par utilisation. 

Investir les gains dans le crowdfunding

Edwin peut ainsi gagner jusqu'à 400 euros en un mois, avant impôts. Il sera taxé sur cette somme, selon l'activité concernée, d'un impôt commercial (vente de fruits et légumes, de vêtements) ou de service (location de sa maison, d'un espace de stockage, d'une place de parking, de sa tondeuse, de sa machine à laver, covoiturage).

Il partage ce qui lui reste après impôts en deux parts égales. Apprenti business angel, il place la première sur un projet de start-up qui lui plaît, en échanges d’actions dans l’entreprise, sur des sites de crowdfunding comme Anaxago ou Wiseed. Il prête le reste de son capital à des particuliers sur Prêt d’Union, en échange d’une rente de 4% par an en moyenne.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

marie
05/02/2015 12h07 - marie

article très intéressant qui permet de se rendre compte que les possibilités sont immenses avec l'économie du partage. Pour le garde meubles entre particuliers, je connaissais déjà www.ouistock.fr et www.cotockage.fr mais pas Jestocke.com, merci pour l'info. Bonne journée

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Erwan
02/11/2015 19h14 - Erwan

Louer un lieu de stockage chez un particulier, c'est pas du partage, c'est pas du collaboratif.... C'est juste un astuce marketing. C'est juste du business.

Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale