Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'éditeur de jeux vidéo Capcom victime d'une cyberattaque

Vu ailleurs Après Ubisoft et Crytek, c'est l'éditeur japonais de jeux vidéo Capcom qui est touché par une cyberattaque dont la nature n'est pas encore connue. Les serveurs de stockage de fichiers et les boîtes emails ont été affectés par l'incident. En revanche, aucun donnée n'a été dérobée, promet l'entreprise à l'origine de jeux comme Monster Hunter, Street Fighter ou Resident Evil.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'éditeur de jeux vidéo Capcom victime d'une cyberattaque
L'éditeur de jeux vidéo Capcom victime d'une cyberattaque © Glassdoor/Capcom

L'entreprise japonaise Capcom a été la cible d'une cyberattaque intervenue le week-end dernier, révèle ZDNet. L'incident de sécurité a été signalé aux autorités compétentes.

Emails et serveurs de fichiers touchés
Ce célèbre éditeur de jeux vidéo, à l'origine de nombreuses séries comme Mega Man?, Devil May Cry? ou Resident Evil, raconte que certains de ses réseaux ont connu "des problèmes qui ont affecté l'accès à certains systèmes comme des serveurs de fichiers et les boîtes emails". 

Au moment où l'incident de sécurité s'est produit, la société dont le siège social se situe à Osaka a arrêté certaines opérations sur ses réseaux internes, pour empêcher le malware de se propager davantage et de compromettre potentiellement d'autres ressources. A ce stade, Capcom affirme qu'aucune donnée client n'a été consultée ou compromise par les attaquants.

Capcom est dans l'incapacité de répondre à certaines demandes
"Cet incident n'a pas affecté les connexions pour jouer à nos jeux en ligne ni l'accès à aux différents sites web de l'entreprise", affirme l'éditeur dans un communiqué. En revanche, Capcom déclare être "dans l'incapacité de répondre aux demandes de renseignements et/ou de documents" faites via le formulaire de contact des relations avec les investisseurs.

Capcom n'a pas révélé davantage de détails sur la cyberattaque, dont la nature exacte n'est pas connue. Ce n'est pas seul développeur de jeux vidéo à avoir été ciblé de la sorte ces dernières années. En octobre dernier, l'éditeur français Ubisoft et allemand Crytek ont été les victimes du groupe de cyberdélinquants Egregor, qui a tenté d'extorquer une rançon aux entreprises sous la menace de la publication de données volées lors des attaques.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.