Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'ElectroVoxel, un robot modulaire qui peut changer de forme dans l'espace

Vidéo Vu ailleurs Des scientifiques développent un robot modulaire qui change de forme en modifiant la polarité des morceaux qui le composent. Il repose sur les ElectroVoxels, des cubes qui peuvent se déplacer les uns par rapport aux autres et prendre des formes différentes. Les scientifiques imaginent des cas d'usages relatifs au domaine spatial, comme la construction de structures temporaires pour aider les astronautes ou des tâches d'inspections des engins spatiaux.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'ElectroVoxel, un robot modulaire qui peut changer de forme dans l'espace
L'ElectroVoxel, un robot modulaire qui peut changer de forme dans l'espace © Youtube - MITCSAIL

Le laboratoire du MIT spécialisé dans l'intelligence artificielle (CSAIL) et l'Université de Calgary dévoilent des robots d'un nouveau genre. Baptisés ElectroVoxels, il s'agit de robots modulaires cubiques qui peuvent s'assembler entre eux pour prendre différentes formes. Ils n'ont ni moteur ni pièce mobile, utilisant à la place des électroaimants pour se déplacer les uns autour des autres en micropesanteur, comme le rapporte Engadget.

Des changements de polarité
Les bords des cubes sont des noyaux de ferrite recouverts de fil de cuivre. Chaque côté d'un ElectroVoxel fait environ 60 mm. Les robots bougent grâce aux changements de polarité des aimants, ce qui permet aux bords de s'attirer ou de se repousser. En se déplaçant les cubes peuvent modifier la forme de l'ensemble, agissant comme les éléments de base d'un seul ensemble. Les circuits imprimés et l'électronique à l'intérieur de chaque cube contrôlent la direction du courant de chaque électroaimant.

Deux mouvements de base sont possibles : les ElectroVoxels peuvent pivoter autour du bord d'un autre cube ou passer d'un ElectroVoxel à l'autre. Les chercheurs ont également mis au point un logiciel pour programmer leurs mouvements : il est possible de mettre en évidence des aimants spécifiques, contrôler la vitesse des mouvements du cube, et éviter les collisions entre les cubes. Les chercheurs peuvent décider quel cube doit se déplacer dans quelle direction, et le logiciel déterminera les affectations électromagnétiques nécessaires pour effectuer la tâche. Jusqu'à 1000 ElectroVoxels peuvent être contrôlés par le logiciel.
 


 

Des débouchés dans le spatial ?
Les ElectroVoxels ont été testés lors d'un vol parabolique (qui permet d'être en micropesanteur pendant de courtes périodes). Les chercheurs affirment que les robots peuvent fonctionner dans des environnements à faible pesanteur et pourraient donc être utilisés pour modifier ou créer des structures dans l'espace. Ils imaginent une utilisation des ElectroVoxels pour modifier les propriétés d'inertie d'un véhicule spatial, ce qui permettrait de réduire les besoins en carburant notamment en résolvant des problèmes liés à la masse et au volume lors du lancement.

Les chercheurs imaginent déjà d'autres cas d'usages relatifs au spatial, comme l'augmentation et le remplacement de structures au cours de lancements, la construction de structures temporaires pour aider les astronautes, aider aux inspections des engins spatiaux, etc. Une future version des ElectroVoxels pourrait également permettre la création de conteneurs de stockage.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.