Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'entreprise de blockchain ConsenSys devrait renvoyer plus de la moitié de ses employés

Vu ailleurs [ACTUALISE] Fondée par le cocréateur de la blockchain Ethereum, ConsenSys devrait se séparer de la trentaine de start-up qu'elle soutien via son incubateur ConsenSys Labs, ce qui représente le renvoi de plus de la moitié de ses 1 200 employés. Une décision, rapportée par The Verge, qui intervient moins d'un mois après que l'entreprise a annoncé le départ de 13% de ses salariés.  
mis à jour le 27 décembre 2018 à 17H46
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'entreprise de blockchain ConsenSys devrait renvoyer plus de la moitié de ses employés
L'entreprise de blockchain ConsenSys devrait renvoyer plus de la moitié de ses employés © ConsenSys

[Actualisation le 27 décembre 2018] Ken Timsit, Managing Director, ConsenSys France réagit : "Les chiffres publiés par The Verge ne reflètent pas notre stratégie. ConsenSys est l'un des principaux incubateurs de start-ups blockchain au monde. Nous revoyons de manière régulière les financements octroyés à chaque start-up, et les fondateurs de ces projets restent maîtres de leur destin, ils peuvent trouver d'autres investisseurs ou ré-évaluer leurs plans de croissance".

 

L'année noire des crypto-monnaies n'a pas fini de faire des victimes. ConsenSys, start-up basée sur la blockchain Ethereum, devrait licencier 50 à 60% de ses 1 200 employés, a révélé The Verge le 20 décembre 2018. A la fois incubateur et développeur de technologies blockchain, la start-up fondée par Joe Lubin était considérée comme l'une des plus ambitieuses de son milieu.

 

"ConsenSys 2.0"

D'après les sources citées par le pure-player, ConsenSys serait en train de se séparer des start-up qu'elle soutenait jusqu'à présent via son incubateur interne, ConsenSys Labs. Ces 36 start-up, qui comptent de 5 à 50 employés, sont très largement composées d'employés de ConsenSys et ne sont pour beaucoup pas encore financièrement viables.

 

D'après le site d'information, le programme Labs devrait être revu : il ne serait plus un incubateur mais devrait fonctionner comme un investisseur classique. Seuls les produits qui permettent aux développeurs de créer des applications décentralisées (au cœur du projet ConsenSys) devraient rester au sein de l'entreprise.

 

Cette nouvelle arrive moins d'un mois après que la start-up ait annoncé le licenciement de 13% de ses effectifs : Joe Lubin avait alors évoqué une restructuration en vue de construire une "ConsenSys 2.0", plus rationalisée. Mais les sources de The Verge expliquent que cette manœuvre était une manière de redonner confiance aux investisseurs, que l'entreprise convoite.

 

Année noire pour les crypto-monnaies

Joe Lubin, cocréateur de la blockchain Ethereum, a créé ConsenSys en 2014 afin de construire un second internet, entièrement décentralisé, ne nécessitant pas de gestion institutionnelle pour fonctionner. Il est devenu un des plus riches acteurs des crypto-monnaies grâce à Ether, la monnaie basée sur Ethereum : en 2017, la valeur grimpait à plus de 1 400 dollars et la fortune de Joe Lubin était estimée entre 1 et 5 milliards de dollars par Forbes.

 

Mais le cours de l'Ether, comme celui de toutes les autres crypto-monnaies, a chuté en 2018 pour atteindre, à l'heure où sont écrites ces lignes, 116,60 dollars. Ayant utilisé sa crypto-fortune pour financer ConsenSys, l'avenir de la start-up est devenu de plus en plus trouble à mesure que le cours d'Ethereum chutait.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale