Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’ERP dans le Cloud : la révolution est en marche

Bien qu’adopté dans beaucoup de secteurs, l’ERP (progiciel de gestion intégré) apparaît encore aujourd’hui comme une contrainte nécessaire, complexe et coûteuse à déployer. Avec la révolution du Cloud, l’ERP n’est plus l’apanage des grandes entreprises et devient un atout pour le développement des PME, nous explique Alexandre Oddos, directeur Microsoft Business Solutions chez Microsoft France.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’ERP dans le Cloud : la révolution est en marche
L’ERP dans le Cloud : la révolution est en marche © D.R.

A l’heure où tout le monde parle d’agilité, de flexibilité et de réactivité dans le cadre de la transition numérique des entreprises, l’ERP est bien souvent assimilé à un progiciel lourd à mettre en place et difficilement évolutif. Son déploiement nécessite parfois de faire évoluer un certain nombre de processus au sein même de l’organisation afin de les adapter au progiciel retenu et faire en sorte que tout corresponde à ce qui est paramétré et prévu dans le système. Pas étonnant donc, dans de telles conditions qu’il reste l’apanage des grandes entreprises, d’autant plus que le coût initial d’investissement apparaît prohibitif et inadapté pour une PME.

externaliser son ERP sur le Cloud pour s’affranchir des contraintes d’exploitation

L’émergence du Cloud et son adoption rapide par les entreprises à travers le monde change radicalement la donne sur le marché de l’ERP. Le Cloud ouvre en effet une nouvelle ère pour cette catégorie de progiciels en lui apportant la flexibilité qui lui manquait dans un environnement encore plus fiable et sécurisé. Chacun peut désormais optimiser l’impact de son ERP sur l’efficacité de l’ensemble de sa chaîne de production, du design à la commercialisation et ainsi en tirer toujours plus de bénéfices, et ce à tous les niveaux de l’entreprise.

Une entreprise française comme Onduline, premier fabricant mondial de toitures légère, a ainsi externalisé son ERP sur le Cloud pour s’affranchir des contraintes d’exploitation, de maintenance et d’évolutivité de son infrastructure. Ce choix lui a permis de définir deux "modèles" d’ERP évolutifs, prêts à être déployés au sein de toute nouvelle entité selon son rôle dans le groupe : un ERP orienté logistique et production pour ses usines et un second intégrant des fonctions de vente et de distribution pour les filiales commerciales et ce, sans la contrainte d’investissements lourds hébergés en interne.

accompagner les grandes entreprises dans les projets d’acquisition, de fusion

En migrant l’ERP dans le Cloud, c’est tout d’abord la possibilité de déployer plus rapidement, à partir d’un ERP central, de nouvelles fonctionnalités, que ce soit pour répondre à de nouveaux besoins ou de nouvelles pratiques au sein de l’entreprise. L’exemple le plus classique en la matière est le développement d’applications mobiles directement liées à l’ERP pour valider les demandes de congés, les demandes d’investissement ou les notes de frais.

La possibilité de déporter ou d’ajouter certains modules de l’ERP est également envisageable au niveau des centres d’exploitation ou des chaînes de production : la gestion des stocks, l’organisation du travail au sein des équipes, la maintenance des machines… Autant d’aspects qui peuvent être alimentés dans l’ERP depuis le terrain, par l’intermédiaire d’applications métiers spécifiques accessibles depuis des terminaux mobiles quels qu’ils soient.

L’ERP dans le Cloud est également un atout pour les grandes entreprises pour les accompagner dans les projets d’acquisition, de fusion ou de création d’une nouvelle entité. Il est beaucoup plus facile d’intégrer ces nouvelles entités dans un ERP Cloud, tout en proposant un certain degré d’autonomie que ce soit par pays,  service ou département. Une filiale de production nationale peut ainsi s’appuyer sur l’ERP Groupe pour sa propre gestion et participer à la consolidation globale au sein du même outil, simplifiant la gestion pour tous et permet à chacun, à son propre niveau, de tirer les bénéfices d’un ERP global.

un outil de pilotage de la productivité au service de la performance

Ce qui est vrai pour une grande entreprise industrielle l’est tout autant pour une enseigne de distribution en pleine expansion. Elle peut aisément, en s’appuyant sur le Cloud, déployer de nouveaux points de vente en les intégrant au sein de son ERP, tout en lui laissant une certaine autonomie quant à la gestion de son stock et  son rythme d’approvisionnement selon sa zone de chalandise.

Grâce au Cloud, l’ERP se transforme pour devenir un outil flexible et agile au service de la transformation numérique des grandes entreprises et de leur développement. En parallèle, Il devient également accessible aux PME, qui peuvent ainsi s’appuyer sur les mêmes outils de gestion de la productivité et de la performance que les grands groupes. Le Cloud permet en effet, au niveau économique, de transposer le coût de l’ERP d’un investissement important à des frais opérationnels mensuels, définis en fonction de l’utilisation et des besoins de chacun. Les frais d’infrastructures techniques disparaissent pour laisser la place à un outil de gestion abordable, déployable rapidement et adaptable en fonction des évolutions de l’entreprise. 

C’est en ce sens que le Cloud permet à l’ERP de vivre une véritable révolution pour devenir un élément clé du pilotage des activités de l’entreprise et de la prise de décision, à tous les niveaux du management. Ce qui était encore considéré il y a peu comme un concept obscur et réservé à des initiés - bien souvent le DSI, le Directeur financier et/ou le Directeur opérationnel - est en passe de devenir ce pour quoi il avait été conçu à la base : un outil de pilotage de la productivité au service de la performance et de la croissance de l’entreprise, qu’elle soit une multinationale ou une PME locale.

Alexandre Oddos, directeur Microsoft Business Solutions chez Microsoft France

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

FD
16/10/2014 19h35 - FD

Je suis à peu près d'accord avec tous les arguments évoqués par bllbllbll. On peut trouver une certaine "flexibilité" ou plutôt facilité dans le cadre de déploiement sur des sites ou unités d'une entité commune, voire dans le cadre d'une acquisition. Par contre dans le cadre d'une cession, cela peut s'avérer beaucoup plus coûteux et moins flexible.... La sécurité des données est également une question importante pour laquelle bon nombre de problématiques demeurent toujours délicates (Risques juridiques, Assurances....)

Répondre au commentaire | Signaler un abus

bllbllbll
10/10/2014 11h06 - bllbllbll

La plupart des arguments sont totalement faux. Notamment sur le cout de possession. Aujourd'hui, le cout global d'un ERP est surtout fait de la partie développements et de la partie fonctionnelle, absolument pas de la partie exploitation technique ou matérielle. Idem pour la partie mobile que vous prenez en exemple. Connecter des web services d'une appli mobile sur un ERP a exactement le même cout qu'on soit on premise ou in the cloud. etc... etc... Aller dans le cloud, c'est seulement déporter son cout d'exploitation d'interne vers externe mais le cout ne disparait pas pour autant !! Bref, tous ces arguments fallacieux que l'on voit fleurir un peu partout sur la toile vont vite s'effondrer au fil du temps et des usages. Par exemple pour des raisons de responsabilités juridique en cas de crash majeurs ou en cas de problèmes de sécurité, pour des raisons de migration aussi quand les entreprises voudront changer de prestataires etc... Bref, tout n'est pas et ne va pas être aussi ''agile, flexible et simple'' que tout le monde veut bien le faire croire.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media