Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'euro numérique sera disponible d'ici 5 ans, d'après la Banque centrale européenne

Pour effectuer des transactions avec un e-euro, il faudrait attendre jusqu'à 2026 maximum selon la Banque centrale européenne, qui travaille sur ce chantier. L'objectif de ce futur outil est de répondre à une demande croissante de paiements électriques et une baisse significative de l'utilisation des espèces.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'euro numérique sera disponible d'ici 5 ans, d'après la Banque centrale européenne
L'euro numérique sera disponible d'ici 5 ans, d'après la Banque centrale européenne © Mika Baumeister/Unsplash

Christine Lagarde, la directrice générale de la Banque centrale européenne (BCE), fixe à dans maximum 5 ans le délai de mise en place de l'euro numérique, une forme électronique de monnaie de banque centrale existant parallèlement aux espèces.

Comme des billets de banque
En pratique, l'euro numérique sera "comme des billets de banque mais sous une forme numérique" pour "effectuer les paiements quotidiens de manière rapide, simple et sécurisée", poursuivit l'ancienne directive du Fonds Monétaire International (FMI).

Ces propos, rapportés par Reuters, ont été prononcés à l'occasion de la remise des résultats d'une consultation publique sur la création d'un euro numérique lancée il y a un an. Via un questionnaire en ligne, les particuliers comme les professionnels pouvaient soumettre leurs propositions sur les fonctionnalités de ce futur dispositif, les obstacles à sa mise en place et le modèle qu'ils pensent être le plus attrayant (avec ou sans intermédiaire par exemple).

Au total, la consultation a reçu les réponses de 8221 participants. Un "record" parmi les consultations publiques lancées à ce jour par l'institution, se réjouit la BCE.

Une demande accrue de confidentialité des paiements
La confidentialité des paiements occupe "la première place parmi les caractéristiques demandées d'un euro numérique (41 % des réponses), suivie de la sécurité (17 %) et de la portée paneuropéenne (10 %)", peut-on lire dans le communiqué.

Une analyse plus complète de cette consultation sera publiée au printemps 2021. Elle constituera "une contribution importante" au Conseil des gouverneurs de la BCE, le principal organe de décision, lorsqu'il décidera de lancer le chantier de l'euro numérique.

Une baisse de l'utilisation des espèces
Le groupe de travail de l'Eurosystème, réunissant des experts de la BCE et de 19 banques centrales nationales de la zone euro, a d'ores et déjà identifier plusieurs scénarios possibles qui nécessiteraient l'émission d'un euro numérique, tels qu'une demande accrue de paiements électriques dans la zone euro, une baisse significative de l'utilisation des espèces comme moyen de paiement…

Les experts citent également "le lancement de moyens privés mondiaux de paiement", tels que la cryptomonnaie chapeautée par Facebook Libra, qui soulèvent "des préoccupations réglementaires" et "des risques pour la stabilité financière et la protection des consommateurs".

La Banque de France réfléchit également à lancer prochainement une monnaie digitale de banque centrale (MDBC). Cette cryptomonnaie devrait améliorer l'efficacité du système financier en fluidifiant les transactions.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.