"L’Europe n’est pas le paillasson numérique de l’Amérique !" rétorque Stéphane Richard à Barack Obama

Outré par les déclarations de Barack Obama sur l’Europe, Internet et les "Google, Apple, Facebook, Amazon" (Gafa), le PDG d’Orange a laissé s’exprimer toute sa colère. "C’est le retour de l’impérialisme le plus crasse", a insisté Stéphane Richard, affirmant que les Gafa étaient clairement devenus des instruments politiques

Partager

"Internet est un bien de l’Humanité, pas des États-Unis." À l’occasion de la présentation des résultats annuels d’Orange, le PDG Stéphane Richard a exprimé toute sa colère face aux déclarations de Barack Obama, le 16 février. Dans un entretien avec le site ReCode, en réponse à une question sur le sujet des Gafa et de la vie privée, le Président américain pointe une Europe qui aurait davantage une attitude de défense de ses intérêts commerciaux qu’autre chose. Au passage, il a assené : "Nous sommes propriétaires de l’internet".

" L’Europe doit lutter contre cette forme d’arrogance, de violence "

"C’est stupéfiant. Je suis attristé. Je suis d’autant plus déçu que, comme tous les Français, j’ai fait partie du fan-club de Barack Obama", a commencé par expliquer Stéphane Richard avant de lâcher toute sa colère. C’est le retour de l’impérialisme dans sa version la plus crasse. Pointer du doigt l’Allemagne et la Stasi, quand on connaît la NSA… " Le Président américain a en effet souligné la sensibilité du pays d’Angela Merkel à la question de la vie privée du fait de son histoire. Il a aussi balayé d’une petite phrase le potentiel concurrentiel du Vieux Continent face à des entreprises numériques américaines qu’il juge sans égal.

De quoi piquer au vif le patron de l’opérateur français : "L’Europe n’est pas le paillasson numérique de l’Amérique ! Nous sommes aussi capables d’innover. L’Europe doit lutter contre cette forme d’arrogance, de violence ! Nous devons lutter pour nos données personnelles."

Les Gafa, instruments politiques

Enfin, s’opposant aux propos du Président des États-Unis, qui prête à l’Europe des intentions protectionnistes commerciales plus qu’une réelle velléité de protéger les données de ses citoyens, il a ajouté : "On ne fait pas la guerre aux Gafa, on plaide pour une équité de traitement."

Mais pour le PDG d’Orange, les déclarations de Barack Obama démontrent clairement que les Gafa sont devenus un instrument politique face auquel l’Europe ne doit pas être naïve. "Le fait même qu’Obama en a parlé montre qu’on est sur un sujet politique."

Emmanuelle Delsol


SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS