Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’Europe va se doter d’un chargeur "universel"

Pour préserver la planète et le porte-monnaie des Européens, l’Union européenne va imposer un chargeur unique pour les smartphones et bon nombre d’autres appareils électroniques. Pour s’entendre sur ce nouveau texte, les négociateurs européens ont mis les bouchées doubles.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’Europe va se doter d’un chargeur universel
L’Europe va se doter d’un chargeur "universel" © Terry King CC Flickr

Les négociations sont allées vite, très vite. La proposition de la Commission européenne visant à introduire un chargeur universel (le port USB type-C) pour les appareils électroniques ne date que de septembre 2021. Et déjà, ce texte a fait l’objet d’un accord entre les co-législateurs européens, le mardi 7 juin.

Le Parlement européen réclamait néanmoins cette avancée depuis plus d’une décennie… Il y a toutefois fort à parier qu’il s’agisse là d’une "success story" à l’européenne – comme la fin du "roaming" dans le domaine des communications téléphoniques ou l’introduction du Règlement général sur la protection des données (RGPD), pour mieux protéger les données personnelles des Européens.
 

Réduire les déchets électroniques

L’objectif de cette nouvelle directive européenne est simple : qu'il ne soit plus nécessaire d'acheter un nouveau chargeur lors de l'acquisition d'un nouveau smartphone, appareil photo, tablette, écouteurs, haut-parleurs portables ou consoles de jeux vidéo portables et que tous les appareils puissent être rechargés grâce au même dispositif. Les ordinateurs portables seront, eux, concernés par les nouvelles règles 40 mois après l’entrée en vigueur de la directive.

"Sachant que 500 millions de chargeurs pour dispositifs portatifs sont expédiés chaque année en Europe et qu'ils génèrent entre 11 000 et 13 000 tonnes de déchets électroniques, un chargeur unique pour les téléphones portables et d'autres dispositifs électroniques de petite ou moyenne taille profitera à tout le monde", veut croire le rapporteur du texte au Parlement européen, Alex Agius Saliba, membre du groupe de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D).

Le Parlement européen avait dégagé sa position de négociation au mois de mai, tandis que le Conseil de l’UE, qui rassemble les 27 Etats membres de l’UE, s’était mis d’accord sur sa vision des choses dès le mois de janvier. S’était ensuite ouverte la phase des "trilogues", ces discussions qui rassemblent les trois principales institutions européennes : le Parlement, le Conseil et la Commission européenne.

Une décision surtout contraignante pour Apple

Tous les négociateurs étaient favorables à l’idée d’introduire un chargeur universel, au grand dam des géants du numérique (Apple en tête), et les pierres d’achoppement entre les co-législateurs étaient peu nombreuses. Quelques détails techniques devaient être réglés, rien de très "politique" n’était en jeu.

"Les Européens méritent mieux que des gaspillages indécents dictés exclusivement par les intérêts commerciaux de quelques groupes industriels", a déclaré l’eurodéputé Geoffroy Didier (Les Républicains), visiblement ravi de cette manifestation du « volontarisme » européen. Selon le commissaire européen responsable du Marché intérieur Thierry Breton, c’est en effet bel et bien "l’intérêt général de l’UE qui a prévalu". Les consommateurs européens pourront aussi choisir, au moment de l’achat, s’ils ont besoin ou non d’un nouveau câble pour charger leur appareil.

La recharge sans fil également à l'étude

Le texte, qui doit encore être formellement validé par le Conseil de l’UE et le Parlement européen (probablement en septembre) et qui s’appliquera 24 mois après sa publication au Journal officiel de l’Union européenne (JOUE), n’est pas parfait pour autant : il ne couvre pas les appareils qui peuvent se charger sans fil. Le Parlement européen avait donc invité l’exécutif européen à "présenter une stratégie d'ici à la fin 2026 garantissant un niveau minimum d'interopérabilité pour toutes les nouvelles solutions de chargement".

"Pour que cette technologie [la recharge sans fil, ndlr.] puisse se développer sur le marché pour davantage d’appareils, la Commission travaillera à l’harmonisation de la recharge sans fil pour les appareils radioélectriques ainsi qu’à l'interopérabilité, sur la base des développements technologiques", explique le Conseil de l’UE dans un communiqué. Le bras de fer entre Apple et Bruxelles n’est donc pas encore terminé.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.