Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'extension ".paris" désormais ouverte à tous

L’extension .paris a été ouverte au grand public, mardi 2 décembre. Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris, fait le point sur les spécificités de ce nom de domaine.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'extension .paris désormais ouverte à tous
L'extension ".paris" désormais ouverte à tous

Sur le ballon de Paris, au centre du parc André Citroën, dans le XVe arrondissement de Paris, on lit en lettres capitales : ".paris, l’adresse la plus abordable de Paris !"  Depuis mardi 2 décembre à 14 heures, les particuliers peuvent se procurer pour trente-neuf euros minimum une adresse ou un mail en .paris. L’objectif pour la ville de Paris, dépositaire du nom de domaine, est d’atteindre 10 000 inscrits en deux ans. A 14 heures 40, on en comptait déjà 4 000. "Je pense qu’on va atteindre notre objectif", plaisante Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris, chargé de l'urbanisme, de l'architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l'attractivité.

Paris s’utilise comme une marque à laquelle aiment s’associer les entreprises. 2 000 d’entre elles se sont inscrites depuis septembre 2014. Mais pourquoi l’ouvrir aux particuliers ? "Les particuliers ont des pages facebook, twitter, des blogs, pour eux aussi il y a un intérêt à indiquer leur localisation ou simplement à être associé à une ville qu’ils aiment, souligne Jean-Louis Missika. Paris représente un atout dans les domaines du luxe, de l’hôtellerie, de la gastronomie ou de l’innovation." L’extension .paris n’appartient pas seulement aux Parisiens. "Nous pensons que le territoire numérique de Paris dépasse largement son territoire géographique", estime l’adjoint d’Anne Hidalgo.

Quarante euros, le prix de l'adresse numérique

Le prix de l’adresse numérique varie autour de quarante euros. "Nous fixons un prix de gros, et les bureaux d’enregistrement fixent un prix au détail", précise Mathieu Weill, le directeur général de l’Association française pour le nommage internet en coopération (Afnic) avec qui collabore la mairie de Paris.

L’ouverture de l’extension au grand public fait suite à la période des "ambassadeurs" qui concernait 100 entreprises pionnières comme la RATP, puis à la phase de "sunrise" pour tous les professionnels.  Le découpage par étapes est imposé par l’organisation internationale en charge de la régulation des nouveaux noms de domaines (ICANN). "L’ouverture progressive permet d’éviter le cyber squatting, l’enregistrement d’un nom de domaine avec l’intention de le revendre", précise Jean-Louis Missaka.

Marine Protais

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Eric CAEE
03/12/2014 12h21 - Eric CAEE

Et maintenant que le .PARIS est ouvert à tous, le risque de cybersquatting bat son plein : les entreprises ont eu 2 mois pour réserver prioritairement leur nom de domaine. Maintenant, si quelqu'un réserve nomdelentreprise.paris, il lui suffira de peu pour conserver légitimement ce nom de domaine... Imaginez les dégâts en terme de notoriété si ce nom de domaine est bien référencé. Attention, le cybersquatting est l'enregistrement abusif de noms de domaine, il en existe plusieurs formes et plusieurs destinations. Un article assez étoffé à ce sujet : http://www.prodomaines.com/cybersquatting . La revente est l'une des destinations, mais le parasitisme est bien plus dommageable. D'où l'intérêt de déposer préventivement les noms de domaine, même si on ne s'en sert pas directement (une redirection suffit).

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media