L'hôpital Foch lance une application pour réduire le délai de traitement des AVC

L'hôpital Foch a créé une application de géolocalisation baptisée "Alert'AVC", dont le but est de réduire le délai de traitement des accidents vasculaires cérébraux en coordonnant le travail de chaque équipe. Un développement motivé par un constat simple : plus une victime est prise en charge tôt, moins elle risque de conserver des séquelles.

Partager
L'hôpital Foch lance une application pour réduire le délai de traitement des AVC

L'accident vasculaire cérébral (AVC) est la première cause du handicap de l'adulte en France et la première cause de mortalité chez les femmes, selon l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

L'AVC est une défaillance de la circulation sanguine qui affecte une région plus ou moins importante du cerveau. Lorsque les cellules sont privées d'oxygène, elles meurent immédiatement et ne se régénéreront pas. D'où l'importance d'un traitement très rapide permettant de maximiser les chances de réduire les séquelles. Aujourd'hui, seule une personne sur dix récupère complètement, malgré les progrès médicaux.

Une application pour et par les médecins

C'est sur constat qu'une équipe pilotée par deux médecins de l'hôpital Foch (Suresnes) a créé et lancé l'application Alert'AVC à l'occasion de la journée mondiale des AVC le 29 octobre 2019. Elle permet au personnel médical de suivre en temps réel l'arrivée d'une victime dans un centre de soin spécialisé le plus proche, une fois le protocole d'urgence lancé. Elle est ainsi immédiatement prise en charge par l'équipe médicale.

"Chaque demi-heure perdue représente 15 % de chance de récupération en moins pour la victime", alerte Bertrand Lapergue, neurologue au sein de l'hôpital Foch et coordinateur scientifique du projet. Téléchargeable sur iOS et Android, elle nécessite une authentification précise des professionnels de santé, limitant ainsi tout risque d'abus.

Deux traitements existent actuellement pour les AVC, qui ne sont administrables qu'après une prise en charge rapide. La thrombolyse consiste à injecter une substance capable de dissoudre le caillot qui bouche l'artère du cerveau. La thrombectomie consiste à retirer le caillot mécaniquement avec un dispositif médical spécifique. Elle n'est efficace que si elle est effectuée dans les six heures après le début des symptômes.

Des applications qui fleurissent

Les applications concernant les AVC explosent. La majorité d'entre elles se concentrent sur l'aide à la reconnaissance des signes précurseurs pour appeler les secours au plus vite. D'autres jouent sur l'aspect préventif. Ainsi le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Dijon a testé un outil répertoriant une vingtaine de question pour calculer le risque de survenance d'un AVC et ainsi récolter des données pour des études épidémiologiques. L'hôpital Foch se démarque donc par la création d'un outil donc l'objectif est purement opérationnel.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS