Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'identité numérique européenne requiert des garanties solides, d'après le Comité européen des régions

Pas d'identité numérique européenne sans garanties fortes, alerte le Comité européen des régions dans un avis consultatif adressé aux institutions bruxelloises. La cybersécurité et la protection des données personnelles doivent être au coeur de ce futur dispositif, même si cela nécessite des délais supplémentaires.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'identité numérique européenne requiert des garanties solides, d'après le Comité européen des régions
L'identité numérique européenne requiert des garanties solides, d'après le Comité européen des régions © Commission européenne

Le Comité européen des régions (CdR), l'organe consultatif et de la représentation des régions et des villes de l'Union européenne, a publié le 12 octobre 2021 son avis sur la création d'un portefeuille d'identité numérique.

Un cadre commun 
Présentée par la Commission européenne en juin dernier, cette proposition vise à mettre en place un cadre relatif à une identité numérique accessible à tous les citoyens, résidents et entreprises de l'UE. Ils pourront prouver leur identité et partager des documents électroniques à partir de leur portefeuille européen d'identité numérique en cliquant sur un bouton sur leur smartphone. Ces portefeuilles pourront être fournis par des autorités publiques ou par des entités privées, à condition d'être reconnus par les États membres.

Le CdR s'est félicité de cette initiative mais a également alerté sur certaines dérives. Premièrement, il appelle à prolonger la période transitoire durant laquelle les Etats membres devront mettre en place un portefeuille numérique. Initialement, la Commission européenne avait fixé un délai de 12 mois à compter de l'entrée en vigueur du règlement. Le Comité table sur 24 mois "tout au plus".

Des dangers en matière de sécurité informatique
Une mise en oeuvre hâtive fait courir le risque d'une mauvaise infrastructure technique, rapporte le porte-parole des territoires européens. "Dans un domaine aussi sensible qui touche à des données d’identification à caractère personnel, la qualité prime la rapidité", écrit-il dans son avis.

En effet, il rappelle que le portefeuille européen repose sur un stockage centralisé des données d'identité. Ce qui fait de ce dispositif "une cible de premier ordre pour des cyberattaques". A ce titre, il plaide pour une prise en compte de la sécurité tout au long du processus de développement et de l'utilisation des portefeuilles. 

Une communication intensive
Pour que l'identité numérique soit une réussite, il faut que les utilisateurs l'adoptent, déclare le Comité. D'où la nécessité de mener une campagne de "communication intensive (...) sur les possibilités d'utilisation". Les précautions prises en matière de protection et de sécurité des données devront aussi être mises en avant. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.