Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’IMT Mines Alès structure son nouveau département IA et informatique

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L’école d’ingénieurs généralistes IMT Mines Alès se dote d’un département d’enseignement dédié à l’intelligence artificielle, adossé au laboratoire LG2IP. Une cinquantaine d’élèves ingénieurs de 3e année suivra ses deux options (trois semestres) à partir de la rentrée 2018.

L’IMT Mines Alès structure son nouveau département IA et informatique
L’IMT Mines Alès structure son nouveau département IA et informatique © Mines Ales

Un département d’enseignement dédié à l’intelligence artificielle au laboratoire LG2IP de Génie Informatique et d'Ingénierie de Production - où une quarantaine de chercheurs et thésards travaillent sur l’extraction des connaissances, l’aide à la décision, la résolution de problèmes et l’apprentissage automatique, un nouveau département d’enseignement dédié à l’intelligence artificielle et l’informatique - s’est structuré à l’IMT Mines Alès. Objectif : proposer une formation de pointe aux élèves ingénieurs. "Il s’agit d’une chance que nous nous devions d’apporter à nos élèves", commente le directeur de l’école, Thierry de Mazancourt.

L’école met en avant la forte poussée du marché de l’IA qui devrait passer selon le cabinet IDC passer de 8 milliards d’euros en 2016 à plus de 47 milliards d’euros d’ici 2020, et le rapport sur l'intelligence artificielle de Cédric Villani qui veut multiplier par trois le nombre de personnes formées d’ici 3 ans. Pour Sylvie Ranwez, responsable du nouveau département, "l’intelligence artificielle s’intéresse à la résolution de problèmes complexes, via des techniques informatiques capables de simuler certains traits de l'intelligence humaine comme le raisonnement ou l‘apprentissage. Elle a des liens étroits avec les sciences des données. Avec l’avènement du big data, le machine learning et l’intelligence artificielle sont devenus d’incontournables sujets scientifiques et technologiques."


Data scientists et ingénieurs logiciels

IMT Mines Alès forme des ingénieurs généralistes en trois ans, après deux ans de classes préparatoires. Deux options s’ajoutent aux 16 proposées aux élèves ingénieurs lors des trois derniers semestres avant le diplôme : "Intelligence artificielle et sciences des données" (IASD) et "Ingénierie logicielle". Les deux options, qui s’étaleront sur trois semestres, auront un semestre commun sur les fondamentaux de l’IA.

La première option formera des data scientists et des informaticiens intégrateurs des technologies de l’IA, dotés d’une forte spécialité dans des domaines applicatifs comme l’image, le traitement automatique de la langue, la santé. La seconde formera des ingénieurs maîtrisant des méthodes, paradigmes et technologies de conception et développement de solutions logicielles. Pour Sylvie Ranwez, "on ne voulait pas faire disparaître le génie logiciel. On avait déjà de l’aide à la décision, on l’a remis en forme et agrémenté d’apprentissage informatique, de machine learning, de deep learning. Des objets connectés domestiques aux réseaux de capteurs des villes intelligentes, des smartphones aux clouds, l’émergence des nouveaux usages du numérique - nécessite l’ingénierie d’architectures logicielles de qualité maîtrisée malgré une complexité croissante."


L’IA attire

À ce jour, 45 élèves, dont 5 étudiants internationaux (4 de Tunisie), sont "pré-positionnés" sur le département IA et informatique, sur les 144 qui vont faire leur troisième année (ils ont le choix entre 18 options de 6 départements : génie civil et bâtiment durable, matériaux innovants, informatique et intelligence artificielle, industrie du futur, environnement-énergie et risques, ressources minérales). Ils devront se positionner avant le 20 août.

"Le chiffre montera sûrement assez vite, estime Sylvie Ranwez. J’ai échangé avec l’école Eurecom de Sophia Antipolis, qui a ouvert un programme à 40 et se retrouve à 80 deux ans après". IMT Mines Alès évoque dans un deuxième temps le montage de parcours IA par la voie de l’apprentissage.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale