Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'industrie américaine du cinéma structure ses efforts dans l'open source avec la fondation Linux

L'académie américaine des arts et sciences du cinéma, qui organise entre autres la cérémonie des Oscars, a fait alliance avec la fondation Linux pour structurer les efforts de l'industrie du film en matière de développement d'outils logiciels.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'industrie américaine du cinéma structure ses efforts dans l'open source avec la fondation Linux
L'industrie américaine du cinéma structure ses efforts dans l'open source avec la fondation Linux © AMPAS

L'académie américaine des arts et sciences du cinéma (Academy of Motion Picture Arts and Sciences, ou AMPAS) et la Fondation Linux ont annoncé le 10 août la création d'une entité commune, baptisée "Academy Software Foundation" (ASWF). Celle-ci aura pour objectif de fournir un espace de discussion, de partage et de collaboration pour les développeurs de logiciels libres travaillant dans l'industrie du cinéma (et les industries attenantes de la télévision et du jeu vidéo). Les technologies concernées touchent typiquement à la création graphique, aux effets spéciaux, à l'animation et au son.

 

L'académie est l'une des institutions du cinéma les plus prestigieuses au monde. Elle regroupe plus de 8000 artistes, réalisateurs et producteurs et est notamment connue pour sa cérémonie de remise annuelle des "Academy Awards", communément appelés les Oscars.

 

Le logiciel libre plébiscité par l'industrie du cinéma

La création de l'ASWF fait suite à deux ans d'enquête sur l'utilisation de logiciels open source dans l'industrie du cinéma. Il en est ressorti que plus de 80% de l'industrie en fait usage, en particulier pour l'animation et les effets spéciaux. Mais le manque de structuration pose plusieurs problèmes : l'existence de "silos" au lieu d'avoir des développements communs, la nécessité de gérer de nombreuses versions des bibliothèques logicielles, et la présence de différents modèles de licences et de gouvernance.

 

Un exemple typique est le format de fichier OpenEXR, conçu par le studio Industrial Light & Magic (ILM). Son utilisation est aujourd'hui très répandue mais il est difficile pour les tierces parties de contribuer à son développement, d'autant que son créateur a quitté ILM depuis. L'ASWF cherchera à résoudre ces soucis en développant un système de gouvernance, un cadre juridique et une communauté qui unifieront l'écosystème. L'objectif est d'améliorer la qualité et la quantité des développements en facilitant les contributions, en partageant les ressources, en permettant une meilleure coordination des projets et en établissant des bonnes pratiques.

 

"L'open source permet aux développeurs et aux ingénieurs de notre industrie de partir d'une base solide pour résoudre des défis uniques et créatifs plutôt que d'avoir a réinventé la roue", a déclaré dans un communiqué Rob Bredow, dirigeant d'Industrial Light & Magic et membre du conseil scientifique et technologique de l'AMPAS. Les membres fondateurs de l'Academy Software Foundation incluent entre autres : Animal Logic, Autodesk, Blue Sky Studios, Cisco, DNEG, DreamWorks Animation, Epic Games, Google Cloud, Intel, Walt Disney Studios et Weta Digital.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale