L'industrie de la réalité virtuelle se réunit autour d'un standard ouvert... sauf Microsoft

L'industrie de la réalité virtuelle (et augmentée) se réunit autour d'un standard commun, baptisé OpenXR. Presque tous les grands acteurs l'ont rejoint ou s'apprêtent à le faire. Seul Microsoft semble faire bande à part. Va-t-il chercher à imposer Windows Mixed Reality comme il l'a fait par le passé avec DirectX ?

Partager
L'industrie de la réalité virtuelle se réunit autour d'un standard ouvert... sauf Microsoft

Le groupe Khronos, qui édite le standard ouvert Vulkan (anciennemment OpenGL), a annoncé à la Game Developers Conference 2017 la création du groupe de travail OpenXR. Il va travailler au développement du standard open source du même nom afin de garantir une compatibilité maximale entre les différentes appareils et écosystèmes de réalité virtuelle et augmentée.

Le groupe de travail est composé de la majorité des grands acteurs du secteur : AMD, ARM, Epic Games, Google, Huawei, Intel, LG, Mediatek, Mozilla, Nokia, Nvidia, Oculus, Qualcomm, Razer, Samsung, Sensics, Sony, Starbreeze, Unity, Valve, zSpace... HTC, qui n'en fait pas partie, serait en train d'effectuer les démarches pour rejoindre le groupe.

Microsoft seul contre tous ?

Reste un grand absent : Microsoft. Et ce n'est pas surprenant. Microsoft domine le marché du jeu vidéo sur ordinateur depuis des années grâce à DirectX, une suite de bibliothèques logicielles et d'API graphiques. Vulkan en est le concurrent direct. Ce schéma semble se reproduire ici, avec d'un côté Windows Mixed Reality et de l'autre OpenXR. La différence est que cette fois-ci la victoire de Microsoft n'est pas du tout garantie. Oculus, Valve ou encore Google sont des poids lourds côté software, et avec Qualcomm, Intel Samsung ou Huawei côté constructeur, il y aura fort à faire. D'autant qu'avec une compatibilité native des moteurs Unity et Unreal, une grande partie des applications sera couverte.

Pour le consommateur, qu'il soit un particulier ou une entreprise, un standard ouvert sur lequel tout le monde collabore permet une interopérabilité entre les différentes API du marché et réduit ainsi la fragmentation de ce dernier. Il simplifie aussi la vie des développeurs, dont les applications n'ont à prendre en charge qu'un seul set de spécifications. Mais pour un fournisseur de service, parvenir à imposer son standard propriétaire comme la référence est l'assurance d'un rôle central sur le marché et d'une puissance décuplée.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS