Actualité web & High tech sur Usine Digitale

L’ « Innovation Architecture » ou comment les entreprises créent leur futur

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Publi-Rédactionnel Profiter de la disruption technologique et saisir les opportunités de croissance qu’offrent les nouvelles innovations numériques, tel est l’objectif de la nouvelle organisation en matière d’innovation d’Accenture baptisée « Accenture Innovation Architecture ». Grâce à une stratégie globale, les entreprises industrielles sont mieux accompagnées dans leur transformation numérique.

L’ « Innovation Architecture » ou comment les entreprises créent leur futur
L’ « Innovation Architecture » ou comment les entreprises créent leur futur

Des millions d’objets connectés, des investissements numériques de plus en plus importants… Le digital croit de manière exponentielle. « D’après le baromètre 2017 des investissements numériques en France, les budgets consacrés à l’innovation technologique vont augmenter significativement pour plus d’une entreprise sur deux », explique Jean-Nicolas Brun, directeur exécutif, responsable de l’activité Équipements industriels, Automobile, Infrastructure et Construction d’Accenture en France. Mais pour autant, ces entreprises ne savent pas toujours comment appréhender ce changement. Jean-Nicolas Brun revient donc sur leurs besoins spécifiques.

 

 

À quels impératifs les entreprises industrielles doivent-elles faire face ?

En premier lieu, les entreprises industrielles doivent transformer leur cœur de métier afin de libérer la valeur existante, c’est-à-dire des capacités d’investissement pour l’innovation. Ensuite, elles doivent assurer la croissance de leur cœur de métier grâce au digital (via l’Analytics, l’intelligence artificielle, l’IoT…) en exploitant mieux la masse de données dont elles disposent sur les clients, leurs produits, leurs processus, et tout cela de manière plus intégrée et « client centric ». Elles doivent aussi étendre leur empreinte globale en se dotant de nouvelles capacités, pour développer de nouveaux business models, investir en interne ou réaliser des acquisitions. Enfin, elles doivent s’assurer que chacun des impératifs mentionnés s’inscrivent les uns en cohérence avec les autres : ce sont, en quelque sorte, des pivots successifs, qu’il faut savoir articuler pour innover plus vite que les autres, et éviter d’être « disrupté ». L’enjeu est de réussir à pivoter à la bonne vitesse, c’est-à-dire de savoir piloter au plus juste l’amélioration de la performance opérationnelle de l’existant qui doit financer la croissance de l’existant, d’une part, et l’investissement sur les nouvelles capacités, d’autre part. Ainsi, pour Siemens, qui a réussi cette transition, le produit devient en quelque sorte le support lui permettant de vendre une gamme de services autour de sa plateforme MindSphere.

 

Quels sont les besoins actuels de ces entreprises ?

Les entreprises sont aujourd’hui encore trop focalisées sur l’objet technologique lui-même. Elles ne manquent pas d’idées, mais elles manquent de méthodologie pour passer à l’étape suivante. Or, pour être leader sur leur marché, elles doivent prendre en compte plusieurs dimensions clés, comme l’expérience client ou leur organisation interne. Il s’agit de définir une stratégie, où toutes les fonctions de l’entreprise seront concernées par cette transformation numérique. Pour y arriver, il faut prendre en compte une phase d’apprentissage, une phase de compréhension puis une phase d’action : c’est apprendre pour comprendre et comprendre pour agir. Souvent, le processus d’innovation est générateur d’angoisse car il vient rompre le statu quo existant dans l’entreprise… sans garantie de résultats ! C’est pourquoi chez Accenture, nous avons analysé, étudié et élaboré une architecture d’innovation (« Accenture Innovation Architecture ») qui permet de traiter toutes ces questions et de réduire d’au moins 50 % le time-to-market d’une innovation.

 

L’objectif est-il donc de proposer un accompagnement clé en main ?

Sans vision ni capacité à piloter l’innovation « end-to-end », il ne peut y avoir d’effet d’échelle. Et si une idée n’obtient pas rapidement l’adhésion d’une large base de clients, elle reste seulement une idée et n’est pas une innovation. La capacité à passer de l’idée à l’expérimentation puis à l’industrialisation est donc fondamentale.

Notre Innovation Architecture a pour objectif d’aider nos clients à répondre à cet enjeu. Il s’appuie sur six piliers qui permettent d’innover depuis la phase d’identification des grandes tendances économiques et technologiques à venir jusqu’au déploiement d’une solution à l’échelle mondiale, en passant par nos laboratoires de recherche appliquée, nos studios de prototypages et nos centres d’innovation qui éprouvent et développent à grande échelle ces solutions. Nos acquisitions et nos partenariats avec des start-up en forte croissance ou des incubateurs comme Partech, nous permettent également de faire appel à des compétences externes si nécessaire. Ainsi, en s’appuyant sur ces six piliers, nous sommes en mesure de mieux aider nos entreprises clientes à se structurer et à mieux les accompagner, quelle que soit l’étape de leur transformation. L’enjeu est plus organisationnel et culturel que technologique, c’est donc tout à fait possible pour une entreprise de mettre en place une Innovation Architecture en interne. C’est le cas d’ENGIE qui a mis en place sa « Digital Factory » en 2016 ou encore de Schneider Electric et sa « Digital Services Factory » dont l’objectif est de réduire le temps entre l’idéation d’un produit et son lancement de 3 ans à 18 mois.

 

Ce contenu vous est proposé par Accenture Digital

 

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale