Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'innovation dans le secteur militaire, un plan à un milliard d'euros en 2022

Florence Parly, ministre des Armées, a annoncé ses ambitions en matière d'innovation : une augmentation des crédits annuels, un nouveau fonds doté de 200 millions d'euros... L'objectif est de booster le développement de technologies de rupture par les entreprises françaises. Cette année, la priorité est donnée à l'hypersonique, la lutte anti-drones, aux armes à énergie dirigée, aux capteurs et composants critiques et aux technologiques quantiques.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'innovation dans le secteur militaire, un plan à un milliard d'euros en 2022
L'innovation dans le secteur militaire, un plan à un milliard d'euros en 2022 © Dassault Aviation

En déplacement à Lorient, la ministre des Armées Florence Parly a annoncé le 8 septembre une augmentation de 25% des crédits annuels consacrés à l'innovation militaire pour atteindre un milliard d'euros en 2022. "Une priorité absolue pour notre autonomie stratégique", a-t-elle résumé. Une grande partie de ces investissements est dédiée au développement de technologies de rupture, "nécessaires pour la préparation des futures capacités de nos forces armées".

Un fonds doté de 200 millions d'euros
Florence Parly a par ailleurs révélé la création d'un nouveau fonds d'investissement doté de 200 millions d'euros. En coopération avec BpiFrance, Definnov est destiné au "développement de technologies duales (civiles et militaires) et transversales", par le financement en fonds propres d’entreprises innovantes. Il vient compléter Definvest, le fonds d'investissement du ministère des Armées doté de 100 millions d’euros.

"En 2020, priorité au domaine hypersonique, à la lutte anti-drones, aux armes à énergie dirigée (lasers, armes électromagnétiques), aux nouvelles technologies dans le domaine des capteurs et des composants critiques ou encore aux technologies quantiques", a détaillé la ministre des Armées dans son discours. L'année 2019 était axée sur l'énergie, l'intelligence artificielle, l'espace et la cyberdéfense.

Parallèlement, le ministère des Armées poursuivra son effort d'investissement en R&D et son "ouverture à l'innovation civile" et à "l'écosystème des start-up" pour saisir les opportunités d'intégration rapide de nouvelles technologies à forte valeur ajoutée.

Préparer les guerres du futur
Plus surprenant, une équipe d’auteurs de science-fiction sera chargée d'imaginer des scénarios sur la "guerre de demain" à l'horizon 2030-2060. Cette "Red Team" sera pilotée par l'Agence de l'innovation de défense (AID). "La Red Team, c’est peut-être le symbole de l’ouverture du ministère des Armées en matière d’innovation", a conclu Florence Parly.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media