Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

« L’intelligence artificielle ne remplacera pas l’intelligence émotionnelle des recruteurs. » Alia Khattab (Director Talent Acquisition EMEA, ServiceNow)

Publi-Rédactionnel Alors que l’on parle de bataille des talents sur un marché de l’emploi en tension, que peuvent faire les organisations pour devenir attractives ? Comment optimiser l’expérience des collaborateurs pour les attirer et les retenir ? Alia Khattab analyse la situation pour la série « Les Facilitateurs ».  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

« L’intelligence artificielle ne remplacera pas l’intelligence émotionnelle des recruteurs. » Alia Khattab (Director Talent Acquisition EMEA, ServiceNow)
« L’intelligence artificielle ne remplacera pas l’intelligence émotionnelle des recruteurs. » Alia Khattab (Director Talent Acquisition EMEA, ServiceNow)

Comment se porte le marché du recrutement ?

Nous vivons en 2022 une année charnière. D’un côté, on voit les recrutements repartir à la hausse après les années moroses de la crise de la Covid-19. De l’autre, l’incertitude socio-économique oblige certaines organisations à licencier.

Au-delà des chiffres, ce que je constate, c’est la réalité du phénomène de « grande démission » que je préfère qualifier de « grand remaniement ». Les fonctions RH sont challengées comme jamais elles ne l’ont été. Nous devons casser les modèles traditionnels et en inventer de nouveau, en phase avec les attentes des nouvelles générations. C’est en cela que nous vivons un moment-clé : saurons-nous prendre le tournant, ou avancerons-nous aveuglément avec des méthodes et des outils datés ?

 

On entend beaucoup parler de pénurie de talents, est-ce justifié ?

Je ne sais pas si l’on peut véritablement parler de pénurie de talent lorsque l’on sait qu’un tiers des entreprises peinent à attirer de nouveaux profils .Cela montre que le problème ne vient pas tant du manque de ressources que de l’attractivité des entreprises ! en place pour donner envie à leurs futurs employés de les rejoindre ?

L’autre problématique sous-jacente à ce que l’on évoque souvent comme la pénurie de talents, c’est celle de la gestion et le développement des carrières des employés déjà en poste, avec la capacité à former en interne. ServiceNow a déjà rebondi sur l’opportunité du marché des compétences (upskilling en anglais) avec sa dernière acquisition Hitch, une plateforme qui permet d'identifier les employés les mieux adaptés aux projets en fonction des compétences et des intérêts.

Le sujet des talents est un sujet auquel nous croyons beaucoup et depuis longtemps chez ServiceNow. Le pilier “ talent elevation” est au cœur de la stratégie de notre PDG. On peut également dire que nous sommes précurseurs puisque dès 2019, nous avons lancé le programme « Next Gen » qui a été conçu dans le but de combler le déficit des compétences dans le domaine digital. Ce programme est destiné à tout talent souhaitant intégrer une formation à leur donner accès aux opportunités au sein de notre écosystème. Nous avons ainsi noué diffèrent partenariats notamment avec le Refugee Council pour aider les réfugiés à utiliser les compétences acquises dans leur pays d’origine.

 

Quelles sont les attentes des nouvelles générations ?

Sans tomber dans le stéréotype, c’est vrai que l’on peut dessiner quelques grandes tendances concernant les aspirations de la génération Z, ces profils nés entre 1997 et 2010 et qui arrivent sur le marché du travail.

Tout d’abord, on voit émerger “l’activisme employé”. Avant de rejoindre une organisation, ils se montrent sensibles à des sujets sociétaux comme la diversité de genre ou l’impact écologique de leur futur employeur.

On constate aussi de fortes attentes concernant leur cadre de travail. Fini le 9h-18h au bureau, ils veulent être jugés aux résultats. Ils comptent sur l’entreprise pour mettre à leur disposition les outils technologiques les plus efficaces pour simplifier et fluidifier leur travail, au bureau et en mode remote. Dans une étude ServiceNow de fin 2021 sur la génération Z, il apparaissait que près de 9 personnes interrogées sur 10 considéraient que ces outils devaient être aussi simples d’accès et intuitifs que ceux qu’ils utilisaient déjà au quotidien.

Chez ServiceNow, notre credo est de simplifier le travail grâce à des workflows numériques qui débloquent la productivité. Vous pouvez donc imaginer que nous sommes particulièrement vigilants sur les outils que nous mettons à disposition de nos collaborateurs. Par exemple, nous avons développé une plateforme complète d’onboarding pour l’accueil et l’intégration des nouveaux venus, avant même qu’ils soient dans l’entreprise. Cette période de « lune de miel » avec sa nouvelle entreprise est stratégique, donc tout a été pensé pour que les premiers pas chez nous soient fluides.

Il va sans dire que ces outils digitaux jouent un rôle décisif et essentiel dans ce contexte de course aux talents que nous évoquions plus tôt.

 

Et l’humain dans tout ça ?

La fonction RH est intrinsèquement liée à l’humain, et la technologie va en réalité l’aider à grandir. Il est à noter que l’intelligence artificielle ne remplacera jamais l’intelligence émotionnelle d’un recruteur, et c’est tant mieux ! Par exemple, nous pouvons utiliser des outils de sourcing prédictif pour identifier de bons profils sur tel ou tel poste. Cela ne nous empêche pas, en tant que recruteur, de passer en revue toutes les candidatures reçues, et d’avoir notre attention retenue par un profil qui ne correspond pas nécessairement aux critères des algorithmes.

C’est une question importante et essentielle car la technologie, aussi puissante soit-elle, doit rester au service de l’humain. Ce n’est pas elle qui doit dicter les recrutements, car nous perdrions alors l’essence même de notre métier.

 

Contenu proposé par Servicenow

 

Retrouvez les autres contenus de Servicenow :