Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Tribune] L'IoT pour sécuriser le transport et stockage de nos vaccins

Tribune Les gouvernements et industriels mettent les bouchées doubles pour endiguer la pandémie de Covid-19 en vaccinant les populations le plus rapidement possible. Ces opérations de grande ampleur poussent les chaînes logistiques au point de rupture. Dans cette tribune, Benjamin Brown, Client Success Manager chez Sigfox, défend l'IoT comme solution pour garantir l'intégration des vaccins, par exemple en évitant une rupture de la chaîne du froid.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[Tribune] L'IoT pour sécuriser le transport et stockage de nos vaccins
[Tribune] L'IoT pour sécuriser le transport et stockage de nos vaccins © Pfizer

En février, les dirigeants du G7 se sont réunis afin d’élaborer une stratégie commune à adopter face à la pandémie de Covid-19 et d’aborder la nécessité de garantir un accès équitable aux vaccins. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), "les dirigeants reconnaissent qu’aucune nation ne peut être en sécurité tant que tous les pays ne se seront pas engagés à développer et distribuer des tests, des traitements et des vaccins efficaces dans le monde entier". Avec des milliards de vies dépendantes du vaccin, la vitesse de déploiement de ce dernier est sans précédent. Cela a toutefois laissé très peu de temps à la chaîne logistique pharmaceutique pour s’adapter.

Comme la majorité des vaccins, ceux contre la Covid-19 doivent être conservés dans des congélateurs ou réfrigérateurs afin de rester efficaces. Cette exigence essentielle et l'urgence de la situation obligent les acteurs de la chaîne logistique à prendre les mesures nécessaires pour respecter la chaîne du froid et assurer le maintien des conditions de stockage à la bonne température.

Le suivi de la chaîne du froid n’a rien de nouveau. Des solutions existent depuis des décennies afin d’aider, par exemple, l’industrie alimentaire à répondre aux procédures de sécurité de plus en plus stricts. Cependant, avec l'ampleur sans précédent de cette pandémie et la distribution des vaccins contre la Covid-19, le secteur de la santé est devenu le principal demandeur. En effet, ces solutions de gestion de la chaîne du froid leur permettent de mesurer les variations de température tout au long de la chaine logistique.

Des usines aux utilisateurs finaux : comment éviter les pertes ?
Comme définie par l’OMS, une variation de température a lieu lorsqu’un produit pharmaceutique est exposé à des températures en dehors de la plage prescrite pour le stockage et le transport de celui-ci– conduisant ainsi à une perte conséquente de vaccins. Cela se produit fréquemment si le maintien de la chaine du froid pendant le stockage et le transport est mal géré, entraînant par ailleurs des pertes financières colossales.

Avant 2020, le coût des pertes liées à la rupture de la chaîne du froid a été estimé à 35 milliards de dollars, uniquement dans le secteur médical selon l’Institut IQVIA. Avec le début du déploiement mondial des vaccins fin 2020, ce chiffre devrait augmenter sensiblement en 2021, notamment en raison des exigences spécifiques liées à la température et des fonds supplémentaires qui devront être investis pour sa surveillance.

Des milliards de vaccins étant nécessaires, toute perte due à une rupture de la chaine du froid lors du transport ou de la logistique aura un impact social et sanitaire négatif car cela créera des retards dans les programmes de vaccination. Les pertes de vaccins affecteront aussi les services de santé, les hôpitaux et les pharmacies qui devront trouver des ressources pour gérer l'élimination des doses inutilisables ainsi que les achats supplémentaires, la gestion des stocks et la rédaction de rapports.

Pour les distributeurs pharmaceutiques, le défi sera d’autant plus important du fait que certains fabricants de vaccins ne fournissent pas de solutions de conditionnement et de contrôles thermostatiques pour éviter les écarts de température. Ainsi, ces solutions doivent être gérées en interne.

L’industrie de la santé peut heureusement compter sur les technologies de communication pour lui donner de la visibilité sur le statut des vaccins depuis l'usine de fabrication jusqu'à leur arrivée sur les lieux de vaccination. Parmi les technologies les plus récentes, des capteurs s'appuyant sur les réseaux IoT peuvent être installés sur des colis ou des palettes afin de collecter des données tout au long de la chaîne logistique. Ces capteurs IoT augmentent la visibilité et sont dans certains cas, déjà utilisés pour les produits pharmaceutiques dans le but d'identifier les maillons faibles tout le long de la chaîne logistique - par exemple en révélant un endroit récurrent où se produisent des écarts de température et en identifiant le membre responsable de la chaîne d'approvisionnement à un moment donné.

D’un autre côté, les solutions qui surveillent les camions transporteurs (et non pas les colis/les produits en eux-mêmes), permettent uniquement de vérifier la température lorsque le camion est chargé ou déchargé. En cas de variation de température pendant le transport, il sera donc impossible de savoir quand celle-ci a eu lieu ou quelle partie du camion a été impactée. En outre, les solutions qui ne permettent de contrôler que les camions sont généralement basées sur des technologies souvent coûteuses et inabordables pour les pays en développement.

Les capteurs IoT utilisant un réseau basse consommation pour collecter et envoyer leurs données peuvent être facilement installés directement sur l'emballage afin de surveiller de manière continue la température, du point de départ au point d’arrivée des vaccins. Pour les distributeurs de produits pharmaceutiques ou les fabricants d'emballages thermostatiques, c'est l'occasion d'offrir des services à valeur ajoutée et une assurance de qualité aux services de santé, aux syndicats médicaux ou aux hôpitaux.

Les avantages de l’IoT pour les pays en développement
La distribution sûre et rapide des vaccins est complexe dans les pays développés et l’est d’autant plus dans ceux en voie de développement (notamment en Afrique subsaharienne, en Amérique du Sud et en Asie où les possibilités de variation de température sont plus fortes).

Selon Toby Peters, un professeur de l’économie du froid à l’Université de Birmingham "le problème est particulièrement marqué dans l’hémisphère sud où de nombreux villages ruraux n'ont même pas de réfrigérateurs pour vaccins en état de marche". De plus, les technologies traditionnellement utilisées pour le suivi et la surveillance des températures restent coûteuses pour les pays en développement (telles que le WiFi, le Bluetooth, ou la 4G/LTE). Il se peut également que les responsables locaux n'aient pas les compétences nécessaires pour déployer et maintenir indépendamment ce type de solutions.

Les solutions IoT, qui ont été conçues pour être prêtes à l'emploi (comme celles basées sur le réseau 0G), peuvent aider à surmonter ces obstacles et à réduire les coûts, car leur mise en place nécessite peu d’investissements dans la formation ou dans des ressources supplémentaires par rapport aux technologies traditionnelles. Les solutions IoT peuvent aussi être utilisées pour mieux surveiller les stocks dans les pays développés afin de permettre une meilleure redistribution vers les pays en développement en cas de surplus de vaccins.

L'accès aux vaccins pour tous est devenu l'un des sujets les plus importants pour les gouvernements et les institutions mondiales, et constitue une condition essentielle pour mettre fin à la pandémie de Covid-19. Grâce aux solutions IoT, l'industrie pharmaceutique et de la santé peut assurer de manière rentable une meilleure visibilité de la chaîne logistique pour garantir la fiabilité des vaccins transportés mais aussi contribuer à la distribution mondiale de ces derniers - nous rapprochant ainsi de la fin de cette pandémie.

Benjamin Brown, Client Success Manager chez Sigfox





Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.