Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"L’Open Banking remet profondément en question les modèles de l’industrie bancaire", Sébastien Marinot (BNP Paribas)

Entretien En amont de la conférence IN Banque qui se tient le 7 février 2019, en partenariat avec L'Usine Digitale, Sébastien Marinot, Innovation & New Business Models Manager chez BNP Paribas revient la stratégie du groupe bancaire en matière d'innovation et notamment d'open banking. Interview.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’Open Banking remet profondément en question les modèles de l’industrie bancaire, Sébastien Marinot (BNP Paribas)
"L’Open Banking remet profondément en question les modèles de l’industrie bancaire", Sébastien Marinot (BNP Paribas) © CC Reinhardhauke

Comment s’organise l’innovation au sein du groupe BNP Paribas?

Sébastien Marinot : Dans un environnement en rapide évolution, BNP Paribas observe 4 tendances : de nouveaux comportements de la part des consommateurs, l’adoption de technologies disruptives, l’arrivée de nouveaux concurrents dans les services financiers et la "plateformisation" de l’économie.

Pour répondre à ces tendances, BNP Paribas a initié une stratégie d’open innovation qui implique collaborateurs, clients et l’ensemble des acteurs de l’écosystème : start-ups, grands groupes, acteurs du digital… Cette stratégie vise à enrichir notre proposition de valeur avec de nouveaux services et business models et à diminuer notre time to market.

Tout d’abord, BNP Paribas noue avec les start-ups des partenariats de 4 manières différentes. Nous avons noué plusieurs partenariats avec des accélérateurs de start-ups,  parmi lesquels "BNP Paribas Plug and Play", qui rayonne sur différentes entités et géographies. BNP Paribas dispose également d’incubateurs pour des start-ups plus jeunes que la banque va aider à grandir, ainsi qu’un accompagnement bancaire dédié afin de répondre aux besoins spécifiques des start-ups.


En France, le dispositif WAI Banking (NDLR : WAI pour We Are Innovation), compte 60 pôles répartis sur le territoire. Ce n’est pas qu’une histoire parisienne ! De plus BNP Paribas investit dans des start-ups, (soit directement, soit via des fonds) pour avoir plus facilement accès à une sélection de start-ups pertinentes pour de l’investissement ou du partenariat.

Nos clients sont un autre élément-clé de notre dispositif d’innovation. Nous avons mis en place des mécanismes qui nous permettent d’avoir des relations directes avec eux. Par exemple, chez Hello bank !, la Hello Factory réunit les clients autour d’une thématique – les échanges nous permettant de dessiner nos services du futur.

Et tout cela bien évidemment en complément de l’innovation interne. La combinaison de ces éléments nous permet d’avoir une vision à 360 degrés de notre écosystème.

Quelles innovations ont été créées dans le cadre de l’Open Innovation ?

S. M. : J’aimerais citer plusieurs exemples. D’abord, avec la start-up Budget Insight, BNP Paribas met en place un agrégateur de données bancaires et patrimoniales. Avec Gambit,  fintech dans laquelle nous avons une participation majoritaire, nous allons déployer Hello Invest, un robo-advisor pour nos clients Hello bank ! en Belgique. Enfin, au Luxembourg, nous travaillons aussi avec Tetrao pour alléger le processus d’entrée en relation, souvent fastidieux, avec les clients professionnels.

Comment l’Open Banking vient-il nourrir votre stratégie d’innovation ? Quel est son impact sur les business models ?

S. M. : L’Open Banking remet profondément en question les modèles et les organisations de l’industrie bancaire. BNP Paribas, comme toute l’industrie bancaire, est en pleine transformation. Nous avons déjà lancé plusieurs  plateformes. L’une d’entre elles s’appelle Kintessia. Il s’agit de la première place de marché B2B qui permet aux clients de BNP Paribas Leasing Solutions de louer du matériel agricole, BTP et transport – et d’optimiser ainsi l’utilisation de leurs actifs. Il s’agit bien de mettre en relation des clients entre eux. La banque joue alors un rôle de facilitateur, au-delà de son métier de financier. Lyf Pay et ArvalforMe sont d’autres exemples de plateformes.

A l’heure de l’Open Banking, il est impératif, plus que jamais, de mettre le client, ses attentes, son comportement, au cœur de la réflexion. Nous pensons que désormais, des écosystèmes vont se constituer autour de lui, pour répondre à ses besoins : mobilité, logement, ou encore transition énergétique par exemple. Il va falloir y répondre de façon intégrée. La banque va cesser d’être un acteur à part et proposera des solutions en coopération avec d’autres spécialistes.

Le client est en attente de cette intégration des services, ainsi que de plus de simplicité. C’est aussi ce qui explique le phénomène de plateformisation. Chez BNP Paribas, nous considérons qu’il faudra articuler les 2 visions que sont bank as a service et bank as a platform. Dans certains cas, BNP Paribas construira et animera la plateforme, dans d’autres, la banque proposera un nouveau service en s’appuyant sur les canaux d’un tiers.

Ces deux modèles vont coexister avec les plus anciens. Il y aura toujours un besoin de banque universelle. Demain, les services proposés aux clients seront enrichis et orchestrés différemment, avec plus de transparence pour le client.

Propos recueillis par Next Content dans le cadre de la conférence IN Banque du 7 février 2019

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media