Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'opération séduction de Barack Obama dans la Silicon Valley

Barack Obama, accompagné de membres du gouvernement américain et de patrons d'entreprise, a participé au premier sommet sur la cybersécurité organisé par la Maison Blanche à l'université de Stanford en Californie, vendredi 13 février. Le Président a ensuite signé un décret appelant les entreprises à collaborer entre elles et avec le gouvernement sur les questions de cybercriminalité.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'opération séduction de Barack Obama dans la Silicon Valley
L'opération séduction de Barack Obama dans la Silicon Valley © White House/Pete Souza

Le décret signé par Barack Obama, à l'occasion du sommet sur la cybersécurité organisé par la Maison Blanche, encourage les entreprises à créer des organisations de partage d'informations sur les cyber-attaques. "Il n'y a qu'un seul moyen de défendre l'Amérique contre ces cyber-attaques, c'est la collaboration entre le gouvernement et le secteur privé (...)", a plaidé le Président.

L'appel aux entreprises pour collaborer avec le gouvernement

"Le gouvernement doit pouvoir être capable de travailler avec chacune de ces entreprises individuellement, mais en plus ces entreprises doivent pouvoir collaborer entre elles pour une plus grande efficacité", a-t-il ajouté. "Ce qui rend [la cybersécurité] si complexe, c'est qu'il suffit d'un seul maillon faible", a renchéri Barack Obama. "On peut avoir neuf sociétés avec de bons protocoles, des systèmes d'authentification, etc. et il suffit d'une seule qui n'est pas au point pour que tout le système soit affecté."

Des relations compliquées avec la Silicon Valley

Plus tôt lors du sommet, le patron d'Apple Tim Cook a plaidé pour une meilleure protection des données des consommateurs, qui sont régulièrement cibles de pirates. Il a indiqué que la sécurité et la protection des données sont au coeur des produits Apple. Mais il a omis de mentionner la bataille d'Apple et Google avec le gouvernement américain concernant le cryptage des données mobiles. 

En effet, si Tim Cook a répondu présent, tout comme des représentants de Microsoft, Intel, PayPal ou American Express, d'autres ont décliné l'invitation du Président. Mark Zuckerberg, Marissa Mayer et Larry Page étaient aux abonnés absents lors de ce sommet. Depuis les révélations d'Edward Snowden sur les activités de la NSA, les relations du gouvernement avec les géants de l'internet ne sont pas au beau fixe, et les patrons attendent plus de garanties.

Barack Obama a d'ailleurs admis, lors d'une interview avec la journaliste Kara Swisher, que si ses relations personnelles avec les géants de la Silicon Valley ont toujours été bonnes, la tension est vive depuis le scandale de la NSA.

l'Europe "bloque les entreprises américaines"

Barack Obama a ajouté lors de son interview avec le site Recode que les investigations européennes au sujet des activités de Google ou Facebook étaient motivées par des raisons "commerciales". 

"Les fournisseurs de services [européens] qui ne peuvent rivaliser avec les nôtres, tentent de mettre en place des barrages pour empêcher nos entreprises de fonctionner efficacement là-bas" a affirmé le Président. "Nous possédons internet. Nos entreprises l'ont créé, développé, perfectionné  de telle manière qu'ils ne peuvent rivaliser. Et souvent ce qui est dépeint comme une prise de position noble n'est en fait qu'un moyen de favoriser des intérêts commerciaux", a clamé Barack Obama.

En Europe, les réactions ne se sont pas faites attendre, depuis la Commission européenne jusqu'à Stéphane Richard, PDG d'Orange. Mais pour Barack Obama, le défi c'est de rallier les géants d'internet à sa cause. 

Nora Poggi

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale