Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"L'opportunité de racheter Videdressing était énorme", Antoine Jouteau, CEO leboncoin Groupe

mis à jour le 22 novembre 2018 à 21H23
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Leboncoin Groupe a officialisé mercredi 21 novembre 2018 l’acquisition de la plateforme collaborative Videdressing. Un moyen pour le site de petites annonces de se renforcer sur la mode d'occasion, mais surtout sur le paiement et la livraison. Le point avec Antoine Jouteau, CEO du groupe.

L'opportunité de racheter Videdressing était énorme, Antoine Jouteau, CEO leboncoin Groupe
"L'opportunité de racheter Videdressing était énorme", Antoine Jouteau, CEO leboncoin Groupe © Thomas PADILLA / Leboncoin / AFP-Services

"Leboncoin fait sa révolution", déclarait Antoine Jouteau, le CEO du groupe, lors de sa keynote du 12 septembre 2018. Après les rachats d’AgriAffaires, MachineryZone et AVendreALouer, le site de petites annonces entre particuliers s’attaque cette fois au secteur de la mode. Et s’offre la plateforme française Videdressing, spécialiste de la vente de vêtements entre particuliers créée en 2009.


"Cela s'intègre dans la stratégie du Boncoin annoncée à la rentée : nous renforcer clairement sur l'univers de la mode d'occasion - car nous sommes déjà un acteur majeur de la mode mais pas forcément reconnu - et améliorer l'expérience fournie à nos consommateurs", explique Antoine Jouteau à L'Usine Digitale.

 

Déployer le paiement et la livraison

Sur ce sujet de l'expérience client, le groupe mis principalement sur "les fonctionnalités avancées" de Videdressing en matière de paiement et à la livraison. "L'objectif est de faire bénéficier la catégorie Mode du boncoin de ces fonctionnalités, et probablement d'autres catégories, comme la maison, l'électronique et le multimédia", nous confie-t-il.


Alors que leboncoin débute à peine sur le paiement, Videdressing propose en effet  à ce jour tous les moyens de paiement sur son site, ainsi que le paiement en plusieurs fois. Quant à la livraison, service que leboncoin a annoncé vouloir déployer dès 2019, la plateforme de mode collaborative la propose déjà via des Points Relais.


Et ce sera la mission des équipes de Videdressing : déployer ces services à grande échelle au sein du groupe leboncoin. Dans ce cadre, les 35 collaborateurs du site de mode rejoindront le siège de la rue du Faubourg Saint-Antoine dès la mi-décembre. "On va vraiment leur confier les clés du camion, poursuit-il. "C'est un gros processus d'intégration technologique. J'espère que courant 2019 (avant l'éte, ndlr), nous serons en mesure de proposer sur la catégorie Mode un niveau de services presqu'équivalent à ce que propose Videdressing", indique Antoine Jouteau.

 

Développer la mode collaborative

Avec ce rachat, dont le montant reste secret, leboncoin compte bien sûr aussi se renforcer sur la catégorie mode qui représente environ 2,5 millions de visiteurs uniques mensuels (Médiamétrie NetRatings septembre 2018) et environ 18% des 28 millions d’annonces en ligne, si l’on cumule les catégories vêtements, chaussures, montres & bijoux, accessoires & bagagerie.

 

De son côté, Videdressing, revendique 1 million d’annonces en ligne et 25 000 transactions chaque mois pour une audience 3 millions de visiteurs uniques mensuels. Le volume d’affaires s’est élevé à environ 35 millions d’euros en 2017. La marque Videdressing continuera bien d'exister, précise Antoine Jouteau.


Une croissance externe "opportuniste"

Avec un renforcement sur une catégorie et l'ajout de nouvelles briques technologiques, leboncoin fait en effet d'une pierre deux coups. "L'opportunité était énorme", se félicite Antoine Jouteau. Sur le volet rachats, le CEO ne cache pas étudier d'autres rachats : "Nous regardons d'autres acquisitions sur des marchés sur lesquels on n'est pas ou sur de nouvelles briques technologiques".


"Toutes les catégories du Boncoin sont fortes, mais si vous voulez fournir un service plus adapté, soit vous faites vous-mêmes et ça prend du  temps, soit vous rachetez et ça va plus vite", exprime-t-il. "L'idée est d'accélérer et d'apporter de la valeur ajoutée tout de suite" Sans livrer tous ses secrets, Antoine Jouteau cite viser des acquisitions sur des catégories de biens de consommation, notamment. Quant aux briques technologiques, il précise toutefois que ce n'est pas prioritaire : "Nous avons une équipe de 200 ingénieurs et c'est leur métier de driver la croissance du Boncoin à travers l'innovation produit".


De nouveaux services à venir aussi sur le tourisme

En attendant, le groupe se focalise aussi sur le déploiement au premier trimestre 2019 de nouvelles fonctionnalités et services dans l'univers des loisirs et de la location de vacances. "Il n'y a pas de rachat en vue sur ce secteur, car c'est un segment sur lequel il n'y a pas le besoin : nous sommes déjà numéro deux en France. En revanche, il y a un enjeu technologique". Et notamment sur la réservation et le paiement, en test depuis quelques mois avec 20 000 hôtes déjà authentifiés, mais aussi de nouveaux services, là encore tenus secrets, mais "qui devraient nous permettre vraiment de nous imposer encore plus". Rendez-vous, donc, avant mars 2019 !
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale