Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'Oréal lance une application de diagnostic pour le soin de la peau à base d'intelligence artificielle

Le groupe L'Oréal continue sa lancée dans les services numériques. Il a mis au point un système capable de diagnostiquer automatiquement la peau de ses clientes et de leur faire des recommandations en conséquence, le tout à partir d'un simple selfie. Le système utilise des techniques de deep learning et s'appuie sur les résultats de 15 années de recherche sur le vieillissement cutané. La première marque du groupe à en bénéficier est Vichy, avec l'application SkinConsult AI.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'Oréal lance une application de diagnostic pour le soin de la peau à base d'intelligence artificielle
L'Oréal lance une application de diagnostic pour le soin de la peau à base d'intelligence artificielle © L'Oréal

Près d'un an après son acquisition de ModiFace, une pépite canadienne spécialisée dans l'intelligence artificielle et la réalité augmentée, le groupe L’Oréal annonce un nouveau service de diagnostic automatisé pour le soin de la peau. Il a été développé en collaboration par les équipes de ModiFace (75 personnes basées à Toronto) et une partie de la division recherche et innovation du groupe.

 

La première marque à bénéficier de cette technologie est Vichy. L'application mobile "SkinConsult AI par Vichy", qui a été présentée aux journalistes le 19 février, est disponible au Canada depuis janvier 2019 et sera progressivement étendue au reste du monde au cours de l'année. Le lancement en Chine aura lieu en mars, tandis que la France sera a priori servie en septembre. Les autres marchés européens suivront par la suite. L'objectif pour L'Oréal est d'automatiser (et donc démocratiser) la personnalisation des soins, car beaucoup de femmes ne savent pas forcément quels sont leurs vrais problèmes de peau, d'après le groupe.

 

L'Oréal fait fructifier ses décennies de recherches grâce au deep learning

Le système fonctionne à l'aide de réseaux de neurones. L'Oréal effectue un travail méthodique de catalogage des problèmes de peaux depuis 15 ans dans le cadre des tests cliniques qui lui servent à valider la performance de ses produits. Il a notamment constitué une base de données de 6000 images recensant les signes cliniques de vieillissement de la peau. Elles proviennent d'études réalisées sur 4000 femmes et hommes âgés de 20 à 80 ans, qui ont été menées en France, en Chine, au Japon, en Inde et aux Etats-Unis.

 

Ces images ont servi à entraîner trois modèles par deep learning. Trois modèles pour trois types de peaux : asiatiques, blanches et noires, chaque type présentant ses propres caractéristiques et signes de vieillissement. Les modèles ont également été entrainés pour rester précis dans quatre conditions d'éclairage différentes.

 


Schéma des réseaux de neurones utilisés par ModiFace

 

Ils ont ensuite été testés sur 4500 selfies. D'après L'Oréal, les résultats sont exceptionnels. Dans 95% des cas, le système donne le même diagnostic "à première vue" qu'un groupe de 12 dermatologues. Et il est même plus précis qu'un dermatologue individuel dans la majorité des cas (l'exactitude du diagnostic étant contrôlé par un examen clinique).

 

Une évaluation selon sept critères

L'application SkinConsult AI fonctionne de manière assez simple. L'utilisatrice prend un selfie, puis donne son accord pour qu'elle soit envoyée dans le cloud afin d'y être traitée. Parham Aarabi, fondateur et dirigeant de ModiFace, a révélé à L'Usine Digitale que L'Oréal travaille pour qu'à l'avenir le calcul puisse être effectué directement sur le smartphone, sans transfert de données.

 

Le système analyse la peau et l'évalue selon sept critères : visibilité des rides profondes, visibilité des ridules, intensité des tâches, manque de radiance, cernes, manque de fermeté, visibilité des pores. Il demande ensuite à l'utilisatrice d'indiquer son âge et le niveau de sécheresse de sa peau. Puis une carte est établie : celle-ci indique à la fois "la force" de la peau de l'utilisatrice et ses faiblesses. Elle lui recommande en conséquence une ou plusieurs routines à suivre avec les produits qui vont bien. L'application permet aussi de comparer sa peau à celle d'autres personnes du même âge.

 


L'Oréal s'est appuyé sur les recherches effectuées pour ses Atlas du Vieillissement Cutané

 

Il est possible de recevoir le diagnostic par email si on le souhaite, après quoi les données sont effacées du serveur. L'Oréal n'a souhaité courir aucun risque du point de vue de la conformité au RGPD, même si cela limite par exemple la possibilité de fournir un suivi régulier.

 

Une technologie qui sera étendue sur les réseaux sociaux et les sites merchands

Le groupe L'Oréal compte étendre ce système à d'autres marques. Un pilote a démarré en décembre 2018 pour la marque L'Oréal Paris, mais cette fois sur la plate-forme TMall Experience du géant chinois Alibaba. Si le cœur du système va rester le même peu importe la marque, les règles du moteur de moteur de recommandation peuvent changer en fonction de l'objectif recherché. L'idée est que chaque marque ait sa propre expérience.

 

Les sites web des marques du groupe en seront d'ailleurs équipés à terme. Outre TMall, L'Oréal est par ailleurs en discussion avec plusieurs retailers pour qu'ils puissent intégrer la technologie ModiFace sur leurs site web ou leurs points de vente. Des partenariats devraient être annoncés dans les mois qui viennent. La technologie sera réservée aux marques du groupe dans un premier temps, puis étendue aux produits concurrents.

 

"Cela nous permet d'étendre le marché, commente Lubomira Rochet, chief digital officer du groupe L'Oréal. Les premiers retours que nous avons sur nos expériences en réalité augmentée font état de deux fois plus de temps passé que s'il n'y a pas ce service, et 2,5 fois plus de conversions."

 

La gestion de l'acné est en cours d'intégration, ainsi que celle des peaux masculines

Evidemment, ce système, aussi efficace soit-il, n'entend pas se substituer au travail d'un dermatologue. L'Oréal le mentionne explicitement dans l'application SkinConsult de Vichy, et Jacques Playe, directeur du laboratoire de recherche et innovation du groupe, a rappelé que l'expertise du groupe étant dans la beauté, le système n'est pas conçu pour détecter des signes pathologiques de la peau. Cependant, sur le plan de la beauté, L'Oréal a confié à L'Usine Digitale qu'il n'est pas exclu qu'une déclinaison du système soit mis au point comme outil d'aide aux professionnels.

 

Le système va également évoluer au fil du temps pour prendre en compte plus de paramètres, comme les aspects pigmentaires spécifiques aux peaux asiatiques. L'une des priorités est l'intégration de l'acné. Mais au fait, et les hommes dans tout ça ? "Nous y travaillons, répond Parham Aarabi. Les modèles sont en train d’apprendre à traiter les peaux masculines, c’est pratiquement terminé."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale