L'ouverture d'une usine Huawei "ne modifie pas d’un iota la position du gouvernement français sur la 5G"

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a déclaré que l’annonce faite par Huawei de la création d'une unité de production d’équipements radio en France n’est pas de nature à changer la position du gouvernement en matière d’autorisations pour le déploiement d'équipements 5G.

Partager
L'ouverture d'une usine Huawei

"Personne, et certainement pas moi, ne cède à quelque chantage que ce soit." Invité de la matinale de BFM Business ce jeudi 5 mars 2020, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a assuré que l’annonce faite par Huawei de lancer dans les prochains mois la construction d'une unité de production d’équipements radio en France "ne modifie pas d’un iota la position du gouvernement français sur la 5G".

L’équipementier chinois s’était pourtant immédiatement défendu d’ouvrir ce site français dans le cadre d’une "offensive de charme" visant à convaincre le gouvernement de l’autoriser à participer au déploiement de la nouvelle norme de téléphonie mobile, dans un contexte où plusieurs pays occidentaux ont choisi de limiter son rôle.

LA DéCISION DE L’ANSSI SE FAIT ATTENDRE

Alors que les premières offres commerciales 5G sont attendues pour l’été 2020 chez les opérateurs télécoms français, Huawei cherche à mettre toutes les chances de son côté pour que ses équipements de cœur et de périphérie de réseau soient autorisés par les pouvoirs publics. Ceux des Européens Nokia et Ericsson viennent de l'être, l'Anssi leur ayant donné le droit de fournir Free et Orange. SFR et Bouygues Telecom attendent aussi d’être notifiés de cette décision. Tous deux collaborent déjà avec Huawei sur leurs réseaux 4G.

"Il y a une position qui a été prise sur la 5G et qui est très claire. Nous ne faisons pas de discriminations vis-à-vis de quelque entreprise que ce soit, ni chinoise ni américaine. Simplement, nous veillons à nos intérêts de sécurité, à nos intérêts stratégiques", a réitéré Bruno Le Maire. Pour rappel, le projet industriel porté par Huawei en France prévoit un investissement initial de 200 millions d’euros ainsi que la création d'environ 500 emplois directs pour faire tourner l’usine. L’ensemble de l’écosystème technologique local pourrait être stimulé car le géant chinois s’est dit prêt à renforcer ses partenariats avec ses fournisseurs et collaborateurs français, notamment Nexans et Bolloré.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS