L'Europe va développer l'une des plus grandes bases de données biométriques

Le Parlement européen s’est prononcé le 16 avril 2019 à Strasbourg en faveur de la mise en place d’une Common Identity Repository (CIR), une base de données comprenant des informations biométriques à l'échelle européenne. 

Partager
L'Europe va développer l'une des plus grandes bases de données biométriques

Des nouvelles mesures vont être prises au sein de l'UE pour permettre aux systèmes d'information en matière de sécurité, de migration et de gestion des frontières de travailler ensemble pour lutter contre le terrorisme. Le 16 avril 2019, à Strasbourg, le Parlement européen s'est accordé sur la mise en place de ce qui deviendra l'une des plus grandes bases de données de suivi biométrique, derrière celle utilisée par le gouvernement chinois et le système indien Aadhar. Les Etats-Unis ont quant à eux également recours à une base de données similaire avec le département des douanes et de la protection des frontières (CBP) et le Federal Bureau of Investigations.

"Le Parlement européen donne son feu vert final aujourd'hui pour s'assurer que tous nos systèmes d'information puissent communiquer entre eux", a déclaré Dimitris Avramopoulos, membre de la Commission, chargé de la migration, des affaires intérieures et de la citoyenneté, dans un communiqué. Les systèmes concernés par cette mesure sont l'espace Schengen, Eurodac, le système d'information sur les visas (VIS) et trois nouveaux systèmes: le système européen du casier judiciaire des ressortissants de pays tiers (ECRIS-TCN), le système d'entrée et de sortie (EES) et le système européen d’information et d’autorisation de voyage (ETIAS)

Des nouvelles mesures collaboratives.

Les objectifs consistent en la mise en place d'un portail de recherche européen, à partir duquel les gardes-frontières et la police pourront sur un seul écran, créer et recouper des documents d'identité avec tous les systèmes d'information de l'UE concernés. Afin de mieux détecter les fraudes d'identité, ces derniers seront en mesure d'identifier plus facilement les criminels dangereux grâce à ce service données biométriques qui utilisera les empreintes digitales et les images du visage pour les croiser avec des données biographiques. Un détecteur d'identités vérifiera et identifiera immédiatement toute personne utilisant des identités frauduleuses ou multiples.

Face à cette annonce, des inquiétudes naissent concernant les dérives de l'utilisation des données, par exemple pour réguler le tourisme ou pour les campagnes de publicités ciblées des compagnies de transport. Les membres du Conseil européen ont promis des "garanties appropriées" pour protéger la vie privée. Les règles en matière d'accès et de limitation de ces données restent inchangées.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS