L'UE veut favoriser le développement des services à base de drones

La Commission européenne dévoile une nouvelle feuille route visant à favoriser le développement des drones et services associés. Dans le cadre de la stratégie Drone 2.0, elle espère que les drones fassent partie du quotidien des européens d'ici 2030 à travers différents services comme la livraison de colis, de matériel médical, la surveillance, etc. Et pourquoi pas, le transport de personnes.

Partager
L'UE veut favoriser le développement des services à base de drones

Vers un marché européen des drones et services associés. La Commission européenne a adopté le 29 novembre 2022 la stratégie Drone 2.0 visant à favoriser l'exploitation commerciale des drones à grande échelle. "La stratégie présentée aujourd’hui améliore non seulement la capacité de l’Europe à développer l’exploitation commerciale des drones à grande échelle, mais offre également de nouvelles possibilités, en particulier aux petites et moyennes entreprises", déclare Adina Valean, commissaire aux transports, dans un communiqué.

Un marché d'une valeur de 14,5 milliards d'euros

La Commission pense que le marché des services de drones peut atteindre d'ici à 2030 une valeur de 14,5 milliards d'euros en Europe et créer 145000 emplois si un cadre réglementaire adéquat est mis en place. Que ce soit pour observer les marées noires ou les cultures, assurer le transport de matériel médical, la sécurité ou la maintenance d'un site… Les drones peuvent être utilisés pour répondre à différentes finalités et de nombreux services n'ont pas encore été inventés. Cette nouvelle stratégie vise donc à aider au développement de ce secteur et faire en sorte que les services de drones fassent partie de la vie des Européens d'ici à 2030.

Livraison de petit colis, cartographie, imagerie, inspection et surveillance, transports réguliers de passagers, de nombreux services peuvent être déployés. Concernant les services de taxis volants, de nombreuses start-up et entreprises se sont lancées dans ce projet et Paris espère être la vitrine du déploiement d'un premier service à l'occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. Pour aider ce secteur à se développer la Commission a donc établit une nouvelle feuille de route avec 19 actions à mener.

Réduire la dépendance stratégique

Par exemple, il est "nécessaire de recenser les modules technologiques essentiels, tels que l'intelligence artificielle, la robotique, les semi-conducteurs, les services spatiaux de l'Union et les télécommunications mobiles" afin de réduire la dépendance stratégique. Il est également essentiel de mettre en place un cadre commun en matière de navigabilité et des nouvelles exigences quant à la formation des pilotes d'aéronefs télé-pilotés et des eVTOL (aéronef électrique à décollage et atterrissage verticaux). Le sujet de la cybersécurité doit également être abordé avec attention et un label doit être mis en place.

La Commission évoque également "le financement de la création d'une plateforme en ligne pour aider les acteurs locaux et l'industrie à mettre en œuvre une mobilité aérienne innovante et durable." Allant dans le sens d'un marché commun, le système "U-space" doit être mis en place dès janvier 2023. Ce système doit permettre la gestion européenne du trafic de drones et donc faciliter leur utilisation.

980 millions d'euros déjà investis

La Commission a conscience que le développement des drones, et de services associera, se fera uniquement avec l'aval de la population. Pour cela il est nécessaire de répondre aux préoccupations concernant le bruit, la sécurité et le respect de la vie privée. Afin de montrer son engagement sur ce sujet, elle rappelle que l'Union européenne a investi près de 980 millions d'euros dans le développement ou l'utilisation de drones pour des applications innovantes depuis 2003.

Le développement de ce secteur va encore prendre du temps. Mais la mise en place progressive du système de gestion U-space est une étape qui devrait favoriser grandement le déploiement de services associés.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS