Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'UFC-Que Choisir porte plainte contre Back Market

L'association de consommateurs assigne la place de marché de produits reconditionnés devant le Tribunal judiciaire de Paris, pour pratiques commerciales trompeuses. Back Market réfute l'ensemble des griefs.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'UFC-Que Choisir porte plainte contre Back Market
L'UFC-Que Choisir porte plainte contre Back Market © Back Market

L'UFC-Que Choisir annonce ce mercredi 15 juin porter plainte contre Back Market devant le Tribunal judiciaire de Paris pour pratiques commerciales trompeuses. L'association de consommateurs reproche à la licorne française, championne des places de marché pour la revente d'appareils reconditionnés, plusieurs pratiques non conformes à la réglementation.

Premièrement, l'UFC-Que Choisir interprète les prix barrés affichés par Back Market "comme des promotions", alors que le site compare deux produits différents : neufs, et reconditionnés.  Deuxièmement, la place de marché n'inclut pas dans ses prix affichés les "frais de service" qu'elle facture à l'étape du paiement.
 

une communication "poudre aux yeux"

Troisièmement, elle communique sur une garantie contractuelle de 12 mois, qui devrait être de 24 mois selon la loi. Enfin, l'UFC-Que Choisir affirme que Back Market ne respecte pas la réglementation concernant les cookies, en traçant les consommateurs même s'ils refusent les cookies.

Contrairement à la DGCCRF, qui a épinglé plusieurs sites de vente d'appareils reconditionnés en mars dernier, ce n'est pas donc pas le caractère réellement "reconditionné" ou non des produits qui est ici attaqué par l'association de consommateurs, mais une communication "poudre aux yeux", selon les termes employés par Alain Bazot, le président de l’UFC-Que Choisir.

des accusations réfutées par back market

Contactée par L'Usine Digitale, Back Market se dit "surprise" de l'action de l'association, avec laquelle est avait eu des échanges en 2021. Sa directrice de la communication corporate, Marine Libaud, évoque des accusations "non fondées". Concernant la pratique des prix barrés, "n'importe qui peut voir qu'il n'existe pas de promesses mensongères faites au consommateur. L'objectif est de montrer au consommateur l'économie effectuée, sur le même modèle, entre un produit neuf et l'occasion".

Sur les frais de service, ils varient (entre 0,49 et 5,99 euros) en fonction du montant total du panier, c'est pourquoi ils n'apparaissent pas directement sur la fiche produit de chaque appareil. Ces frais sont facturés pour financer le contrôle qualité des produits vendus et la R&D. "Nous ne sommes pas qu'un intermédiaire, explique Marine Libaud. Par exemple, notre lab innovation, situé à Bordeaux, effectue régulièrement des commandes mystères pour repérer les bonnes et les mauvaises pratiques des reconditionneurs."

Quant à la garantie, Back Market ne retient que les conditions les plus favorables de la garantie légale, qui la deuxième année oblige les consommateurs à prouver que les anomalies du produit ne sont pas de son fait. Le site part donc sur une garantie "améliorée" de 12 mois minimum, équivalent de la première année de la garantie légale, qui peut aller jusqu'à 24 mois selon les marchands.

Reste la question des cookies, sur laquelle Back Market s'oppose à l'affirmation de l'UFC-Que Choisir sans apporter plus de précisions.

Back Market, créée en 2014, est la plateforme leader pour l'achat et la vente de produits électroniques de seconde main. En janvier 2022, elle a bouclé un tour de table de 450 millions d'euros.