Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’Union européenne dit oui à Volocopter et à la commercialisation de ses taxis volants

La jeune pousse allemande Volocopter a obtenu l’approbation de l’Agence européenne de la sécurité aérienne dans le cadre du développement de ses taxis volants. Un coup d’accélérateur en vue de leur commercialisation, attendue d'ici à 2023.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’Union européenne dit oui à Volocopter et à la commercialisation de ses taxis volants
L’Union européenne dit oui à Volocopter et à la commercialisation de ses taxis volants © Volocopter

A peine plus de trois mois après avoir présenté son premier taxi volant prêt à la commercialisation, VoloCity, Volocopter a reçu lundi 9 décembre 2019 l’agrément d’organisme de conception (DOA) de la part de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA).

 

L’instance a estimé que ses appareils fournissaient, en matière de développement, de construction et de sécurité, les garanties nécessaires à un déploiement à grande échelle. Le constructeur allemand prend ainsi le large face à la concurrence.

 

UN SERVICE COMMERCIAL à L’HORIZON 2023

C’est en prouvant que son taxi est compatible avec le reste du trafic aérien, cet été, que Volocopter a fini de convaincre les autorités européennes de lui accorder le précieux sésame. Au cours d’essais à l’aéroport de Helsinki (Finlande), la start-up allemande était parvenue à démontrer la compatibilité entre les systèmes existants et le dispositif qu’elle a mis au point. Condition sine qua non pour espérer un jour lancer de tels services dans les grandes métropoles mondiales.

 

Face à la congestion automobile et à la croissance démographique, les villes misent sur les taxis volants pour fluidifier le trafic – jusqu'à 120 entreprises en étudieraient aujourd’hui l'opportunité selon Capital – et la start-up espère pénétrer ce marché d’ici à 2023. Conforté en tête de la course grâce à la décision de l’EASA, Volocopter a annoncé en septembre une levée de fonds de 50 millions d’euros pour transformer l’essai. Ces fonds privés, levés avec Geely, devront lui permettre d’atteindre ses objectifs – techniques, d’abord, puis commerciaux. Le constructeur automobile (propriétaire de Volvo Cars et de Lotus) entend, par ce partenariat, aider la jeune pousse allemande à commercialiser sa technologie en Chine une fois qu’elle aura été éprouvée en conditions réelles en Europe.

 

Volocopter a aussi fait part de son intention de concevoir une version "cargo" de son engin. De quoi transporter les marchandises, au-delà des personnes en milieu urbain.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Gilles ROSENBERGER
28/12/2019 18h02 - Gilles ROSENBERGER

Grosse erreur sur la signification du DOA : Le Design Organisation Approval marque la reconnaissance par l'EASA de la qualité du Bureau d'Etude pour avancer vers la certification du vehicule. Disposer d'un DOA constitue une première étape mais ne présage en rien de la certification. Cela ne porte aucun jugement sur la qualité ni la sécurité de ces appareils.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media