Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La 5G mais pour quoi faire ? Les premières expérimentations de Bouygues en conditions réelles

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Deux antennes relais 5G installées à 10 kilomètres de distance l'une de l'autre et c'est parti. Conduite de voitures télécommandées, télémédecine, opération de maintenance… Bouygues a réalisé ses premières expérimentations de 5G en conditions réelles mardi 3 juillet 2018 à Bordeaux. Des tests qui font suite au partenariat avec Huawei signé le 27 février à l'occasion du MWC 2018.

La 5G mais pour quoi faire ? Les premières expérimentations de Bouygues en conditions réelles
La 5G mais pour quoi faire ? Les premières expérimentations de Bouygues en conditions réelles © Julia Casado - Wikimedia commons

Dans le cadre de son partenariat avec Huawei, Bouygues poursuit le développement de la 5G. L'opérateur a réalisé mardi 3 juillet 2018 sa première expérience en conditions réelles. Deux antennes relais 5G, fournies par l'équipementier Huawei, sont installées afin d'équiper des sites situés à une dizaine de kilomètres l'un de l'autre : le musée d'art contemporain de Bordeaux et le centre de relation client de Bouygues situé à Mérignac. Ces dernières vont être rejoints par "une dizaine d'autres antennes installées à Bordeaux dans les prochaines semaines", annonce Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom. Mais pour l'instant place aux démonstrations.

 

Faibles latence et débit important

La première consiste à piloter depuis le CAPC, musée d'art contemporain de Bordeaux, des voitures télécommandées situées à Mérignac,  à environ 9 km de là : l'une est reliée en 4G (à droite) et l'autre en 5G (à gauche). Force est de constater qu'il est beaucoup plus facile de piloter le véhicule relié en 5G qui répond beaucoup plus rapidement aux commandes. La très faible latence de la 5G est ici un réel atout.

 

 

 

Autre point fort de la 5G : son débit beaucoup plus important que la 4G. Bouygues a diffusé en simultané au CAPC 10 flux en streaming filmés en 4k sur le site de Mérignac. "Cela serait impossible en 4G qui est limitée à 160 MB alors qu'ici ce sont 20 MB par flux qui ont été transmis", soit un total de 2 000 MB, détaille Jean-Paul Arzel, le directeur réseau chez Bouygues Telecom.

 

Opération de maintenance et télémédecine

Bouygues lance SmartX_5G
"La 5G va jouer un rôle primordial dans la transformation numérique des entreprises", prédit Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom. Véhicule autonome, télémédecine, opération de maintenance,… sont les premiers cas d'usage concret, mais il en reste tant d'autres à imaginer. Pour trouver ces nouveaux usages, il faut coopérer avec les industriels. Dans cette idée, Bouygues lance un accélérateur baptisé SmartX_5G devant "fédérer l'ensemble des initiatives du groupe Bouygues", annonce Olivier Roussat. Construction, Smart City, télécoms… L'objectif est de regrouper toutes les idées provenant des différentes divisions du groupe.
Bouygues a également montré la réalisation d'une opération de maintenance à distance. Pour réaliser celle-ci, l'opérateur s'est rapproché du studio bordelais HoloForge qui a développé l'application 5G Remote Expert. Un technicien situé à Mérignac et équipé d'un casque Microsoft HoloLens a réalisé cette opération guidé par un expert situé au musée.

 

Dans la même idée, une opération de télémédecine a été réalisée. C'est la solution Nomadeec, développée par la start-up bordelaise Exelus, qui a été retenue par Bouygues. Le médecin ou l'ambulancier équipé du casque Microsoft HoloLens peut soigner le patient, accéder à des informations le concernant ou les  transférer vers le service hospitalier avant sa prise en charge. Surtout, s'il ne sait pas comment réaliser certains actes médicaux complexes, une personne agréée peut lui expliquer les gestes de cet acte médical à distance.

 

Un déploiement très progressif de la 5G

Le déploiement de la 5G se fera beaucoup plus lentement qu'avec la 4G car le bénéfice pour le client est moins visible. Le premier apport direct sera son utilisation par les opérateurs de téléphonie pour faire face aux zones saturées. Olivier Roussat prévoit que "40% des Français auront des mobiles 5G d'ici 2025".

"Les premiers terminaux industriels seront disponibles fin 2019" annonce Olivier Roussat qui ajoute "qu'à partir de 2020, Bouygues pourra commencer le déploiement de la 5G". Quant au montant d'un tel investissement, cela reste évasif. Il évoque le milliard d'euros sans donner plus de détails.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale