Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La 5G ne tient pas ses promesses, la Cour des comptes engage l'État à rattraper son retard

Que ce soit pour ses applications grand public ou industrielles, les bénéfices de la 5G sont pour l'instant trop limités, juge la Cour des comptes, qui encourage l'État à mobiliser davantage les acteurs économiques.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La 5G ne tient pas ses promesses, la Cour des comptes engage l'État à rattraper son retard
La 5G ne tient pas ses promesses, la Cour des comptes engage l'État à rattraper son retard © D.R. voir les IPTC

Selon les derniers chiffres de l'observatoire de l'Arcep, à la fin du premier trimestre 2022 et 15 mois après la commercialisation des premières offres, le nombre de clients utilisant les réseaux 5G (avec un smartphone et un forfait compatibles) s'élève à 4,1 millions de personnes en métropole (contre 66,9 millions en 4G). C'est peu, et c'est d'ailleurs ce qui a été relevé par la Cour des comptes dans un document adressé au ministre de l'Économie le 2 mai, et publié ce mois-ci. 

Elle attire l'attention sur une "diffusion commerciale limitée de la 5G et des usages encore modestes", non seulement pour le grand public mais aussi pour les entreprises. "Les bénéfices de la 5G pour le grand public sont jusqu’à présent relativement limités et l’État n’est pas parvenu à impliquer suffisamment les entreprises dans la montée en charge d’une '5G industrielle' au service de la compétitivité économique", résume l'institution.
 

des usages grand public modestes et limités

"La 5G permet aujourd’hui principalement de décongestionner les réseaux 4G actuels dans les zones denses et une amélioration plus ou moins sensible du débit offert aux clients, (…) l’amélioration du débit ne semblant pas justifier, aux yeux des clients, une augmentation des prix à travers la souscription d’un nouvel abonnement et l’acquisition d’un terminal compatible. Pour l’heure, les usages (…) ne correspondent pas aux nombreuses promesses de la 5G en matière d’internet des objets, d’innovations technologiques ou encore d’amélioration des services publics grâce à la 'ville connectée'", constate sèchement Pierre Moscovici, premier président de la Cour des comptes.

Pendant ce temps, sur les réseaux 4G, la consommation de données poursuit sa progression. Elle atteint désormais 13 Go en moyenne par abonné et par mois (+15% en un an) selon l'Arcep.

des usages industriels qui ne mobilisent pas les entreprises

Dans le domaine industriel, la Cour des comptes reproche à l'État de ne pas avoir fourni les efforts nécessaires pour impliquer davantage les entreprises. "Les entreprises industrielles, qui sont considérées comme les premiers utilisateurs et bénéficiaires potentiels, n’ont pas témoigné un intérêt marqué pour la 5G et le développement de nouveaux usages", observe-t-elle. "Le soutien apporté par Bpifrance à un nombre limité de projets industriels et d’expérimentations dans le cadre d’appels à projets ne peut pas constituer à lui seul une stratégie publique d’appropriation de la 5G et de ses potentialités économiques par les entreprises."

Elle estime que "l’État devrait engager des actions plus résolues pour mobiliser les acteurs industriels et économiques autour des usages de la 5G afin de rattraper le retard pris par la France en ce domaine". Autre recommandation des sages de la rue Cambon : publier régulièrement les actions mises en œuvre dans le cadre de la stratégie d’accélération sur la 5G et les résultats obtenus.