Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La Banque centrale suédoise expérimente une cryptomonnaie publique

La banque centrale de Suède lance un projet pilote pour développer une monnaie digitale publique, en partenariat avec le cabinet de conseil américain Accenture. L'objectif est de démontrer l'intérêt d'un tel outil bancaire dans un pays où les paiements en espèces ont pratiquement disparu. L'expérimentation prendra fin en février 2021, avant un éventuel lancement.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La Banque centrale suédoise expérimente une cryptomonnaie publique
La Banque centrale suédoise expérimente une cryptomonnaie publique © Pixabay

La Banque de Suède a annoncé, le 19 février 2020, le lancement d'un projet pilote pour développer une "monnaie digitale de banque centrale" baptisée "e-krona". "L'objectif de ce projet est de montrer comment une e-couronne pourrait être utilisée par le grand public", explique l'institution qui précise qu'effectuer un paiement en e-couronne serait aussi facile que d'envoyer un SMS.

 

Un futur lancement ?

La Riskbank a commencé à plancher sur un projet d'e-couronne au printemps 2017. Pour ce premier test, elle a décidé de collaborer avec la société américaine de conseil en informatique Accenture. Les expérimentations prendront fin en février 2021, avant un éventuel lancement. Lors du projet pilote, l'e-krona ne sera pas réellement mise en circulation. Mais si tel est le cas un jour, la monnaie serait utilisée pour des activités bancaires traditionnelles comme les paiements, les dépôts et les retraits via des portefeuilles numériques.

 

La Suède, terrain fertile pour la cryptomonnaie

Ce n'est pas un hasard si la Suède se penche sur la monnaie numérique. Les espèces sont devenues obsolètes dans ce pays. "Il est devenu presque impossible de payer en liquide dans certains endroits", admet la banque centrale. Elle notait d'ailleurs dans une étude qu'en 2010, 40% des achats effectués en magasin étaient réglés en espèces. En 2016, ce pourcentage était tombé à 15%. Or l'argent liquide est essentiel à une banque centrale pour exercer ses missions. "La Riskbank a pour mission de promouvoir un système de paiement sûr et efficace, une tâche qui risque d'être plus difficile si l'argent liquide n'est plus utilisé comme moyen de paiement par la majorité des ménages et des entreprises à l'avenir", affirme l'institution suédoise.

 

Ce bouleversement dans les systèmes de paiement pourrait conduire à ce que des particuliers détiennent de l'argent sur des comptes de la Riskbank, ce qui remettrait en cause la distinction classique entre banque centrale et banque commerciale. Mais ce changement n'aura lieu que si le cadre législatif le permet. C'est d'ailleurs une préoccupation globale.

 

Fin janvier 2020, le Forum de Davos lançait un consortium privé-public pour poser les premiers jalons d'une réglementation sur les monnaies numériques. Et l'instauration d'un cadre semble être de plus en plus urgence à mesure que les projets de cryptomonnaies fleurissent. Le 5 décembre 2020, la Banque de France annonçait le lancement d'une expérimentation d'une "monnaie digitale de banque centrale".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media