La bibliothèque universelle de l'open source sera française

Après un an et demi de travaux, l’Inria lance les fondations d’une bibliothèque d’Alexandrie du logiciel open source.

Le projet Software Heritage a vocation à rassembler scientifiques, industriels et sponsors du monde entier.

Microsoft est le premier grand éditeur à se joindre à l’initiative.

Partager
La bibliothèque universelle de l'open source sera française
Antoine Petit, PDG de l'Inria

Collecter, organiser, préserver et partager les codes sources de tous les logiciels disponibles publiquement. Tel est l’objet de la plateforme Software Heritage présentée le 30 juin 2016 par l’Inria, dans son siège à Paris. "C’est une sorte de Wikipedia du logiciel open source, explique Antoine Petit, président d'Inria (institut national de recherche en numérique). Nous avons travaillé en catimini sur le projet pendant un an et demi. Nous voulions en démontrer la faisabilité avant de le rendre public aujourd’hui."

un Outil pour les développeurs de logiciel

Le projet est ambitieux puisqu’il vise à créer, selon son responsable Roberto Di Cosmo, une véritable bibliothèque d’Alexandrie du logiciel open source. "Le logiciel n’est plus juste un outil, justifie-t-il. C’est une connaissance précieuse sur laquelle on construit notre héritage culturel. Ce qui compte c’est le code source traduit ensuite en instructions compréhensibles par la machine. Ce code est conçu pour être compris, travaillé et partagé par l’homme."

Pour favoriser le partage de codes open source, des plateformes en ligne fleurissent sur internet. "Le problème c’est qu’elles changent au gré de la mode et ont souvent la vie éphémère, déplore Roberto Di Cosmo. Même Google a fini par fermer la sienne. Car l’information numérique est fragile. On peut perdre des logiciels comme en perd des données. On veut éviter tous ces problèmes en créant un dépôt comme pour les archives. Le but n’est pas juste de préserver la mémoire. Nous voulons aussi tracer le code en précisant quand il a été développé, par qui, comment et pourquoi. Car l’objectif est aussi d’utiliser cette plateforme comme outil d’apprentissage pour améliorer le développement du logiciel."

22,8 millions de projets et 2,7 milliards de fichiers

L’Inria a construit les fondations de cette plateforme. Le site web Software Heritage recense déjà 22,8 millions de projets logiciels et 2,7 milliards de fichiers de codes sources occupant un espace de stockage de 200 téraoctes. Les compteurs sont mis à jour quatre fois par jour. Ceci ne représente que 20% du logiciel libre disponible dans le monde, selon Roberto Di Cosmo. Des outils de recherche, d’importation et de partage seront ajoutés dans six mois.

une fondation qui cherche des partenaires

Antoine Petit lance un appel aux scientifiques, industriel et sponsors du monde entier pour se joindre à l’aventure. L’Inria s’est engagé à consacrer un budget annuel de 500 000 euros sur trois ans. Il appartiendra à une fondation dédiée de prendre ensuite le relais. Microsoft est le premier éditeur à se joindre au projet. L’éditeur héberge gratuitement dans son cloud Azure un miroir (sauvegarde de secours) de la plateforme hébergée à l’Inria.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS