La bonne dynamique du secteur de la Food Tech en France

Le secteur de la Food Tech a levé 875 millions d'euros en 2021, soit 40% de plus qu'en 2020. Le DigitalFoodLab fait un rapport sur l'écosystème français et constate qu'une douzaine d'acquisitions ont eu lieu sur l'année 2021 et le début d'année 2022. Preuve que ce secteur est dynamique.

Partager
La bonne dynamique du secteur de la Food Tech en France

Le DigitalFoodLab a publié le 27 septembre 2022 la 6ème édition de son rapport sur l'écosystème français de la Food Tech. Il en ressort que ce secteur est en plein essor, comme le montre la levée de 250 millions d'euros annoncée par InnovaFeed, qui signe ainsi le plus gros tour de table de l'Ag Tech européenne. En 2021, les start-up française du secteur ont levé 875 millions d'euros, soit 40% de plus qu'en 2020, qui était pourtant une bonne année.

Une douzaine d'acquisitions

L'année 2022 semble aussi bien partie puisque le cabinet affirme que "les investissements sont bien orientés" lors de la première moitié de l'année. Et ce malgré une baisse des investissements dans les entreprises technologiques à l'échelle du monde et un contexte macro-économique difficile.

Cette bonne dynamique est notamment due à une présence accrue d'investisseurs étrangers en France. Le cabinet note que les levées de fonds en seed et série A augmentent à la fois en taille et en quantité. 80 levées de fonds de plus de 500 000 euros ont été comptées en 2021, et 35 sur le début de l'année 2022.

Le DigitalFoodLab note aussi une hausse des acquisitions comparée aux années précédentes. "Beaucoup sont réalisés par d'autres start-up à des valorisations inférieures aux attentes", écrit le DigitalFoodLab qui assure toutefois que cela est "positif pour l'écosystème qui était (et est toujours) plein de 'start-up zombies' (qui ont levé de l'argent, généré des revenus mais qui ne grandissent pas beaucoup)."

Des acquisitions ont tout particulièrement été réalisées dans le secteur de la livraison de courses et de repas : Flink s'est emparé de Cajoo ; Gorillas de Frichti. En tout, DigitalFoodLab recense une douzaine d'acquisitions : Salsify s'est emparé d'Alkemics, La Poste d'Epicery, Sum'up de Tiller, Puratos de Rapidle.

La méfiance est de rigueur

Mais l'écosystème français a toujours des faiblesses : la France est en troisième position au niveau de l'Europe et seulement quatrième au premier semestre 2022. Le cabinet explique cela par la faible présence des start-up françaises dans les secteurs qui intéressent tout particulièrement les investisseurs.

Les pépites françaises se concentrent tout particulièrement sur le BtoB avec un axe fintech (en proposant des solutions de paiements pour les restaurants) ou transformation des insectes en nourriture pour les animaux. Ce ne sont pas forcément les secteurs qui intéressent le plus les investisseurs.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS